Château du Domaine départemental de Sceaux

« De Vouet à Watteau » un siècle de dessin français

devouetawatteau-sceaux-misskonfidentielleChaque année, le Département des Hauts-de-Seine invite de grands musées à présenter leurs plus belles pièces d’arts graphiques (musée Ingres de Montauban, musée des Beaux-Arts d’Angers ou encore de la Cité de la céramique Sèvres et Limoges…) au musée du Domaine départemental de Sceaux. Ces rendez-vous ont fait du musée l’un des lieux identifiés de l’étude et de la valorisation de l’art du dessin, à l’échelon national.

Depuis le 16 septembre 2016, le cabinet d’arts graphiques du musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon, l’un des plus riches constitués en région, présente à Sceaux son fonds français du xviie siècle, particulièrement prestigieux. L’époque n’est pas choisie au hasard : elle correspond à la naissance du Domaine de Sceaux dont le créateur, Jean-Baptiste Colbert, connut et encadra – au titre de surintendant des Bâtiments du Roi et protecteur de l’Académie royale de peinture et de sculpture – la plupart des artistes dont les œuvres sont exposées. Ce XVIIe siècle, traversé par les règnes de Louis XIII et Louis XIV, est surtout celui de l’émergence d’une esthétique proprement française, favorisée et accompagnée par un pouvoir politique soucieux de sa grandeur.

Simon Vouet, Nicolas Poussin, Claude Gellée dit Le Lorrain, Charles Le Brun… tous sont représentés au sein de l’exposition.

Le parcours s’ouvre sur une feuille de Pierre Brébiette, très marquée encore par l’influence italienne du XVIesiècle, et s’achève avec Jean-Antoine Watteau, mort six ans seulement après le Roi-Soleil, mais porteur déjà de toutes les voluptés (et de tous les doutes) du siècle des Lumières. Entre ces deux extrêmes sont évoquées les principales tendances du siècle : le classicisme initié par Poussin et cultivé par Laurent de La Hyre ; l’académisme savant des proches de Le Brun ; l’inflexion coloriste de la fin du siècle, illustrée par les dessins aux trois crayons (sanguine, pierre noire et craie blanche) de Charles de La Fosse et, bien sûr, de Watteau lui-même. Paysages et portraits sont abordés comme des chapitres particuliers de l’histoire du dessin français de cette époque.

Un parcours pédagogique donne aux visiteurs les clés de compréhension des caractéristiques techniques et méthodologiques qui accompagnent l’étude et la connaissance du dessin ancien.

Une offre culturelle complète l’exposition : visites guidées et ateliers de dessin pour petits et grands (visiteurs individuels et scolaires).

Par ce nouvel échange avec un grand musée, l’exposition s’inscrit dans la philosophie de la vallée de la culture des Hauts-de-Seine, par laquelle le Conseil départemental des Hauts-de-Seine veut favoriser l’accès du plus large public aux œuvres d’art les plus recherchées.

La vallée de la culture des Hauts-de-Seine propose toute l’année des animations culturelles afin de faire vivre autrement le patrimoine alto séquanais. Passé, présent, futur, le Département s’attache à offrir différentes approches de son patrimoine, actions et dispositifs dans une ambition non seulement culturelle, mais aussi éducative et sociale : l’égalité des chances et la solidarité passent par un accès de tous dès le plus jeune âge à la culture.

Informations pratiques :
Prolongation exceptionnelle de l’exposition jusqu’au 12 février 2017
Château du Domaine départemental de Sceaux 
8 Avenue Claude Perrault, 92330 Sceaux

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.