EDitions Fleurus

Raison et Foi

#lenouveauteo #fleurus #religion #lisskonfidentielle - copie

Le débat entre les rationalistes et les hommes et femmes de foi est aujourd’hui plus clair, car on saisit mieux les grandeurs et les limites de la raison.

Du côté religieux, on a aussi compris que l’exercice de l’intelligence rationnelle est une des conditions de la liberté et qu’il ne faut pas appuyer l’expérience de foi sur l’irrationnel ou de l’infra-rationnel. La foi doit être critique et avoir traversé les purifications de l’esprit.

Du côté de la raison, on a perçu les excès réducteurs du rationalisme, car on ne peut oublier le sujet, ni son désir et sa quête de vérité.

Les limites du rationalisme
Si la rationalité est instrumentale et donne des moyens, le problème éthique implique, avec le souci de l’objectivité, le choix de valeurs qui ne se réduisent pas à une simple mise en oeuvre technique. Aujourd’hui, les problèmes concernant la guerre, l’économie, la bio-génétique, ont une telle ampleur et une telle urgence que l’on ne peut plus se fier à une illusion de progrès automatiquement procurée par la connaissance et la puissance qu’elle donne.

La foi réclame la raison
A la religion de prouver qu’elle ne doit pas être confondue avec la superstition. La foi chrétienne n’oppose pas raison et vérité révélée. Et c’est pourquoi aussi, il lui importe de “faire la vérité”. Ceci suppose une certaine qualité de relation, non plus cette fois dans la connaissance d’un objet par le sujet, mais dans le rapport qui s’établit entre sujets humains. Cette relation pourrait se définir comme une vérité faite de respect et d’amour dans l’approche de l’autre et dans le souci de se placer ensemble dans l’exigence de rechercher une vérité qui nous dépasse.

Extrait à méditer du livre “Le nouveau théo” édité par les Editions Fleurus.
Auteurs Mgr Stanislas Lalanne et Mgr Michel Dubost.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

1 commentaire

  1. mpotambwa dit

    oui oui vous avez raison, car il doit y avoir un va et vient , et voire même mariage entre la foi et la raison. oublier l’une au benefice de l’autre conduirait à une crise irréversible. ses deux ailes nous conduisent à la contemplation de la vérité.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.