Connaissez-vous votre driver ?

0


Le stress fait partie de notre quotidien mais nous ne réagissons pas tous de façon identique. Sous stress, certains d’entre nous vont se mettre à faire des listes, d’autres vont déployer une énergie aussi phénoménale qu’inadaptée, d’autres encore vont accélérer le tempo sans être capables de se poser et de réfléchir. Bienvenue dans le monde limitant des drivers !


Taibi Kahler, Docteur en Psychologie et expert en Analyse Transactionnelle, est à l’origine de ce concept également baptisé « mini-scénario » ou « message contraignant », développé dès la fin des années 60 et qui a valu à son auteur le prix scientifique Eric Berne (du nom du concepteur de l’Analyse Transactionnelle).

 

Quels sont les drivers ?

« Sois parfait »
« Fais plaisir »
« Fais des efforts »
« Sois fort »
« Dépêche-toi »

Qu’est-ce qu’un driver ?

Pour Taibi Kahler : « Un driver ne dure que quelques secondes et n’est pas associé à une émotion ou à un ressenti. Il fonctionne comme un mécanisme de défense qui indique que la personne est en train de faire l’expérience de la montée du stress. »

Il s’agit d’une séquence que nous enclenchons, de façon inconsciente, dans certaines occasions de notre vie quotidienne. Comme si nous mettions en œuvre une réponse automatique et répétitive lorsque nous sommes confrontés à une situation vécue comme stressante.

Une fois que nous sommes « passés sous driver », nous allons mettre en œuvre une série de comportements censés soulager le stress et la pression ressentis ; comme si ces comportements pouvaient, de façon quasi-magique, rétablir notre équilibre psychique et notre estime de nous-mêmes.

Par exemple : confrontée à une situation de stress, une personne dont le driver prédominant est « Sois parfait » va tenter de rétablir son équilibre intérieur en enclenchant inconsciemment une séquence : « j’ai de la valeur si (et seulement si) je suis parfaite » ; laquelle séquence va s’illustrer par des comportements.

Comment nous comportons-nous sous l’influence de nos drivers ?

  • Sous l’influence du « Sois parfait », nous allons tout mettre en œuvre pour arriver à la perfection, quitte à perdre du temps dans les détails, et également attendre des personnes qui nous entourent qu’ils fassent de même.
  • Sous l’influence du « Fais plaisir », nous nous sentons responsables de faire en sorte que les autres se sentent bien, au risque de ne pas nous affirmer, de nous surcharger pour être disponible pour tout le monde, et de tout faire pour éviter les conflits par peur de déplaire.
  • Sous l’influence du « Fais des efforts », nous mettons beaucoup d’énergie à montrer que nous faisons de notre mieux, mais sans nécessairement réussir. Nous entamons plusieurs choses à la fois et sommes toujours occupés mais avons l’impression de n’avoir jamais complètement terminé.
  • Sous l’influence du « Sois fort », nous avons tendance à beaucoup contenir nos sentiments et préférons nous en rajouter plutôt que de demander de l’aide et de risquer de montrer nos faiblesses, voire d’essuyer un refus.
  • Enfin, sous l’influence du « Dépêche-toi », nous croyons que nous devons tout faire tout de suite, accomplir beaucoup de choses en un minimum de temps, quitte à se fixer des délais irréalistes et à bousculer les autres s’ils ne vont pas à notre rythme.

D’où viennent nos drivers ?

En Analyse Transactionnelle, on met en avant le rôle essentiel du « scénario de vie », écrit par l’enfant que nous avons été sous l’influence du milieu dans lequel nous avons grandi. Pour Eric Berne, le scénario est un « plan de vie, élaboré dans la petite enfance, renforcé par les parents, justifié par les événements ultérieurs et culminant dans un choix privilégié. »

Les drivers sont l’un des éléments essentiels de notre scénario de vie. Qualifiés par Taibi Kahler de « mécanismes de défense », ils sont présentés par le Dr Hedges Capers comme « une stratégie de survie du tout-petit au cours de l’élaboration de son scénario ».

Pourquoi travailler sur ses drivers ?

La pression engendrée par les drivers n’est pas entièrement négative et elle nous permet d’accomplir des choses. Cependant, leur caractère automatique et inconscient limite à l’évidence notre libre-arbitre et nos choix d’adulte. Instaurés dans l’enfance, les drivers sont essentiellement des réponses d’hier que nous nous obstinons à plaquer sur des situations d’aujourd’hui. C’est pourquoi chacun d’entre nous peut avoir intérêt à les examiner de plus près, pour avancer sur le chemin de la croissance et de l’autonomie.

Pour en savoir plus :
Le grand livre de la Process Thérapie de Taibi Kahler
Le grand livre de l’Analyse Transactionnelle de France Brécard et Laurie Hawkes

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.