Le 8 mars, Journée internationale des droits de la femme

0

Comme chaque année, le 8 mars est une journée internationale de sensibilisation et de mobilisation des droits des femmes et l’égalité hommes-femmes. Un rappel indispensable qui a le mérite d’exister et qui devrait être suivi bien davantage par des faits.

Droit de la femme et paix internationale
La Journée internationale des droits de la femme trouve son origine dans les manifestations de femmes au début du XXe siècle en Europe et aux États-Unis, réclamant des meilleures conditions de travail et le droit de vote. Au cours de l’année internationale de la femme en 1975, les Nations Unies ont commencé à célébrer la Journée internationale de la femme le 8 mars. En 1977, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution proclamant la Journée des Nations Unies pour le droit de la femme et la paix internationale, reconnaissant le rôle important de la femme dans les efforts de paix et dans le développement.

Une journée d’action dans le monde
Le 8 mars est une journée de rassemblements à travers le monde et l’occasion de faire un bilan sur la situation des femmes. Traditionnellement les groupes et associations de femmes militantes préparent des événements partout dans le monde pour :

  • fêter les victoires et les acquis
  • faire entendre leurs revendications
  • améliorer la situation des femmes

C’est aussi l’occasion de mobiliser en faveur des droits des femmes et de leur participation à la vie politique et économique. Les Nations Unies définissent chaque année une thématique différente. En 2017, le thème est Les femmes dans un monde du travail en évolution : une planète 50 – 50 d’ici 2030 (ONU)

Des actions pour promouvoir l’égalité en France
Une convention interministérielle pour l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif.

La convention, signée en février 2013 par 6 ministres, est destinée à ancrer l’égalité entre les filles et les garçons dans les pratiques quotidiennes des acteurs de l’école. Elle s’articule autour de 3 chantiers prioritaires :

  • acquérir et transmettre une culture de l’égalité entre les sexes
  • renforcer l’éducation au respect mutuel et à l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes
  • s’engager pour une mixité plus forte des filières de formation et à tous les niveaux d’étude

Consulter la publication Filles et garçons sur le chemin de l’égalité, de l’école à l’enseignement supérieur (education.gouv.fr)

Sources : education.gouv.fr et ONU

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.