Création du Parc naturel marin du cap Corse et de l’Agriate

 

Le 15 juillet 2016, Mme Ségolène Royal, Ministre de l’environnement, de l’énergie et de la mer, signait le décret portant sur la création du parc marin du cap Corse et de l’Agriate. C’est à Bastia, dans la salle de conférences du Palais des Gouverneurs située dans l’enceinte de la Citadelle que les 85 membres titulaires du Conseil de gestion et leurs suppléants se sont réunis en présence des personnalités politiques et scientifiques.

Dans son discours introductif, Mr Pierre Savelli, Maire de Bastia, a rappelé la volonté d’implication de sa ville au sein du parc : Bastia va tout faire pour mériter son statut particulier de porte d’entrée du parc marin…qui prend sa source dans une conviction profonde de son rôle moteur essentiel en tant que ville maritime, ville méditerranéenne et ville durable….”

Mr François Orlandi, Président du Conseil départemental de la Haute-Corse a retracé l’histoire du projet depuis les premières réflexions en 2008 portée par le Département et le Conseil exécutif. Il salue le travail accompli par la mission d’études ainsi que le rôle joué par l’Office de l’Environnement de la Corse et l’Agence des aires marines protégées dans l’élaboration de ce projet. “Tout le monde a accepté de relever le défi et je tiens à saluer l’adhésion enthousiaste et le travail remarquable des Capcorsins….

Jean-Guy Talamoni, Président de l’assemblée de Corse, effectue quelques rappels historiques sur la naissance d’une conscience environnementale en Corse avec la catastrophe des boues rouges : “Depuis l’affaire des boues rouges des années 1972-1973, “e fanghe rosse” qui fut une des premières prises de conscience environnementale en Méditerranée, nous connaissons la valeur de notre patrimoine naturel, mais aussi le prix à payer pour le défendre ….”. Puis le Président de l’Assemblée de Corse se félicite “d’installer ensemble le parc marin du Cap Corse. Seule véritable terre de marins, elle bénéficiera dès aujourd’hui d’une institution dont l’objectif, partagé avec tous les acteurs du territoire, sera de procéder à la protection du milieu naturel et à sa mise en valeur afin de transformer ce que la nature nous a offert, en ressource pour le développement de notre île.

Gilles Siméoni, Président du Conseil Exécutif de Corse salue l’attachement de Madame la Ministre pour la Corse, Elle qui fut “de tous les combats” et notamment pour la protection du canal de Corse par l’instauration du dispositif de séparation du trafic ainsi que par l’accélération du projet de parc naturel marin du Cap Corse et de l’Agriate. Il remercie également François Orlandi, Paul Giacobbi ancien Président du Conseil exécutif de Corse et Pierre Ghionga, ancien Président de l’Office de l’Environnement de la Corse, pour leur implication dans le projet et souhaite perpétuer cette continuité dans son engagement. Gilles Simeoni souligne qu’il  partage la même vision globale que Ségolène Royal et souhaite, avec l’université de Corse notamment, faire de la Corse un territoire pionnier en matière d’éco-développement et de viser l’excellence en matière d’écologie et de développement durable.

Ségolène Royal, Ministre de l’environnement, de l’énergie et de la mer en charge des relations internationales sur le climat, remercie les présidents et le Maire de Bastia pour leur accueil et le travail réalisé qui s’inscrit dans une perspective d’avenir. Le parc naturel marin est le réceptacle d’une richesse marine exceptionnelle et reconnue. À ce titre, la Ministre annonce la signature du décret d’extension de la réserve naturelle des Iles Finocchiarola à cinq îlots (Giraglia et Capense en plus des Iles Finocchiarola) hébergeant des espèces rares de plantes et certaines espèces menacées d’oiseaux comme le goéland d’Audoin. L’installation du Conseil de gestion est la première étape pour l’élaboration du plan de gestion du parc qui sera la feuille de route sur 15 ans pour toutes sortes d’actions de suivi du milieu marin, de contrôle, de soutien aux activités maritimes durables et de sensibilisation des usagers . Mme Royal conclut, citant le premier pas vers “l’homme et la mer” de Charles Baudelaire, sur l’importance de notre responsabilité collective dans la protection de l’environnement naturel maritime.

Puis ce sont ensuite trois éminentes personnalités scientifiques qui se sont succédées afin d’apporter à tous un éclairage sur l’importance du milieu marin, l’originalité de la Méditerranée et en particulier des espaces maritimes au large du Cap Corse et de l’Agriate dans le contexte actuel de réchauffement climatique.

Mr Gilles Bœuf, conseiller scientifique de la vie et de la nature, du climat, de l’océan auprès de Madame la Ministre, a effectué une présentation globale des enjeux de préservation de la biodiversité marine et méditerranéenne en particulier face aux activités humaines et aux conséquences du changement global.

Mr Thierry Perez, Directeur de recherche au CNRS a présenté les spécificités écologiques des écosystèmes marins méditerranéens et les pressions qui s’y appliquent liées aux activités humaines et au déplacement d’espèces invasives ou allochtones.

Enfin Mr Gerard Pergent, Professeur à l’Université de Corse en charge de l’équipe “écosystèmes littoraux” a détaillé les particularités du patrimoine naturel du parc et particulièrement les structures inédites des atolls de coralligènes. Il a également pointé toute l’importance des herbiers de Posidonies qui sont très présents au sein du parc et qui influent sur le cycle du carbone et sur l’atténuation des effets liés aux changements globaux.

Je suis pour ma part membre titulaire du Conseil de gestion dans la catégorie des professionnels où je représente les entreprises prestataires de Loisirs. Je ne manquerai pas au fil des réunions de vous tenir informés de l’avancement des travaux lorsque la feuille de route aura été tracée. Et ce sera avec grand plaisir que j’accueillerai sur ma base de kayaks de mer ceux d’entre vous qui nous ferons l’honneur d’une visite dans la pittoresque marine d’Erbalonga située sur le territoire du parc marin au départ de laquelle vous pourrez partir à la découverte de petites criques sauvages uniquement accessibles par la mer.

Alors à bientôt en Corse ?

Cet article a été rédigé sur la base des comptes rendus de séances rendus public par Mr Ronan LUCAS , chargé de mission pour le parc marin.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.