Djakarta Bali : un voyage gourmand entre Bali, Java et Sumatra

0

Si vous rentrez d’Indonésie et que vous rêvez de renouer avec les goûts délicats de l’archipel, rendez-vous au restaurant Djakarta Bali à Paris. En bonne ambassadrice de son pays d’origine, la propriétaire Nin Hanafi, préside également l’association de la diaspora indonésienne en France. 

De retour en France, les globe-trotters ont bien souvent du mal à trouver un restaurant indonésien leur permettant de retrouver les saveurs délicieusement épicées et tellement subtiles de cet archipel paradisiaque formé de plus de 17 000 îles et îlots. Ouvert en 1984 par A.M. Hanafi, ex-ministre et ex-ambassadeur de la République d’Indonésie exilé à Paris depuis le coup d’état de Suharto en 1965, le Djakarta Bali a longtemps fait office de précurseur dans la capitale. Dans un décor ethnique, unique et chic, la carte de cet établissement incontournable propose une large et authentique palette de spécialités traditionnelles issues des principales régions indonésiennes. Aujourd’hui, c’est Nin Hanafi, la fille du fondateur qui est aux commandes de cette adorable ambassade gourmande située en plein cœur de la capitale. « Je suis née à la Havane de parents indonésiens. Nous sommes arrivés en France en 1973 après une mission diplomatique de mon père et avons alors obtenu le statut de réfugiés politiques. Très vite j’ai vu des passerelles entre le métier d’ambassadeur et celui de restaurateur. Le Djakarta-Bali est aussi à sa façon une représentation de l’Indonésie à travers sa gastronomie et sa culture » explique Nin Hanafi, l’actuelle directrice qui a repris la tête du restaurant en 1998 après des études de commerce.

Des lumières tamisées 

Dès la porte poussée, les clients tombent immédiatement sous le charme de l’atmosphère feutrée du Djakarta Bali, avec ses meubles et bibelots chinés directement en Indonésie et ses lumières délicatement tamisées. On y dîne au son du gamelan, les percussions indonésiennes, tandis que le vendredi la soirée est réservée aux somptueuses danses traditionnelles balinaises. « A l’instar de notre pays, la cuisine indonésienne est très riche et très diverse. Nous avons subi des influences chinoises, malaises, indiennes, ainsi que celles des colons Hollandais et les Portugais. Le cœur de la cuisine indonésienne réside dans l’utilisation des sauces et des épices que les Européens sont d’ailleurs venus chercher chez nous dès le 16e siècle » souligne Nin Hanafi qui préside également l’association de la diaspora indonésienne en France.  Au menu notamment, le fameux risjstaffel, un grand classique indonésien dont le nom, hérité de l’époque coloniale hollandaise, signifie “table de riz”. Il est servi accompagné d’une multitude de petits plats tous plus délicieux les uns que les autres. Il faut également noter le nasi goreng qui est un riz frit avec des épices, des herbes, et de la viande), le pepes ikan, un poisson cuit à l’étuvée dans une feuille de bananier, ou le sate ayam, des petites brochettes de poulet arrosées de sauce cacahuète et soja. « Parmi nos plats emblématiques, nous proposons notamment le opor ayam qui est une spécialité javanaise de poulet au lait de coco curcuma. Il est souvent préparé lors de la fête de l’Aïd qui marque la fin du Ramadan ». 

Une cuisine authentique

C’est aussi au Djakarta Bali que l’on peut déguster le véritable “rendang”, une spécialité indonésienne incontournable qui a été élue Meilleur Plat au Monde en 2011 par 35 000 lecteurs de CNN Travel. « Grâce à notre large gamme de prix, 14,50 € pour une entrée et un plat le midi, jusqu’à 55 € pour notre menu dégustation le soir, et bientôt des spécialités à emporter, nous souhaitons ouvrir la cuisine indonésienne au plus grand nombre » explique Nin Hanafi. Autant de mets immuables et authentiques, interprétées par Budi Praytino, le talentueux chef de l’établissement qui a officié dans les ambassades d’Indonésie en France, en Grèce ou au Brésil. A ses côtés également, Violetta Suganda qui est passée par les cuisines des plus grands hôtels, restaurants et traiteurs d’Indonésie. « Depuis l’ouverture, nous avons de nombreuses personnalités du monde du spectacle et de la mode. Nous avons eu par exemple la visite de Serge Gainsbourg, Grace Jones, Tim Burton et bien sûr de la chanteuse indonésienne Anggun. Nous sommes installés en plein cœur de Paris près de la canopée des Halles et du musée du Louvre dans un quartier en plein développement qui devrait bientôt accueillir le futur musée d’art contemporain de François Pinault dans l’ancienne Bourse du commerce et le nouvel hôtel de Bernard Arnault dans le bâtiment de la Samaritaine » rappelle Nin Hanafi. Autant d’atouts qui font du Djakarta Bali, l’une des adresses préférées des people et des personnalités françaises empreintes d’originalité et d’exotisme mais également de la diaspora indonésienne en France.

Djakarta Bali
9 rue Vauvilliers 75001 Paris. Téléphone : 01 45 08 83 11
Fermé lundi et mardi midi. Déjeuner de 12h à 14h. Dîner de 19h00 à 23h00
Prix moyen à la carte : 35-40 € Menus risjstaffel à partir de 25 €
Formules pour le déjeuner à partir de 14,50 €
Brunch à 25 € les samedis et dimanches

http://www.djakarta-bali.com
contact@djakarta-bali.com


AGENDA

A Paris
Couleurs d’Indonésie : les 23 et 24 septembre 2017, découvrez la culture et la gastronomie du plus grand archipel du monde au pavillon Dauphine, place du Maréchal de Lattre de Tassigny, 75016 Paris. Exposition l’Héritage indonésien, concert et spectacle traditionnels, foire aux produits artisanaux, espace bien-être. Entrée libre de 12 heures à 19 heures. Le restaurant Djakarta Bali participe à l’évènement !

En Indonésie
Ubud Food Festival : Du 13 au 15 avril 2018 plus de 100 chefs, restaurateurs, personnalités du monde culinaire, défenseurs de l’environnement et acteurs sociaux sont attendus sur l’île de Bali en Indonésie pour la quatrième édition du Festival de gastronomie d’Ubud.

 

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.