Les tatouages seraient dangereux pour notre santé

Scientific Reports

 

Vous portez des tatouages ? Ou vous souhaitez vous faire tatouer ? Je vous propose de lire cet article. Il est vrai que le tatouage est très à la mode. Pour autant…

Selon une étude scientifique franco-allemande, l’encre des tatouages voyagerait dans le corps humain sous forme de nanoparticules et finirait dans les ganglions. S’il est encore difficile d’évaluer le risque pour la santé, la présence de ces nanoparticules peut avoir des effets secondaires. Un pigment blanc serait particulièrement en cause.

Si les tatouages restent visibles sur la peau à vie, les composants des encres et leurs effets sur l’organisme à long terme sont eux, invisibles. Selon une étude, publiée ce mardi dans la revue Scientific Reports, certaines nanoparticules présentes dans l’encre de ces dessins ne resteraient pas coincées dans le derme, mais voyageraient dans l’organisme et finiraient stockées dans les ganglions.

Les chercheurs à l’origine de cette étude ont notamment retrouvés dans les ganglions lymphatiques de personnes tatouées la présence de dioxyde de titane, un composant fréquemment utilisé pour créer la couleur blanche.

Les auteurs de cette étude – des scientifiques de l’European Synchroton Radiation Facility (ERSF) située à Grenoble, de l’Institut fédéral allemand pour l’évaluation des risques à Berlin, ainsi que des universités de Munich et Brunswick – estiment que le danger est l’incertitude sur la manière dont ces nanoparticules réagissent.

Un pigment blanc en cause

S’il est difficile d’évaluer les risques entraînés par ces nanoparticules, elles pourraient toutefois conduire “à un gonflement chronique et à une exposition permanente”. D’après ces scientifiques, la présence du dioxyde de titane aurait d’autres effets secondaires néfastes comme une cicatrisation lente, un gonflement localisé de la peau ou encore des démangeaisons.

Il ne suffit pas pourtant de demander un tatouage sans couleur blanche pour être à l’abri de ces risques. Le pigment blanc en cause sert de base pour d’autres couleurs et il est beaucoup utilisé pour des nuances. On le retrouve également dans certaines peintures, crèmes solaires et additifs alimentaires.

Parmi les autres substances présentes dans les encres, on peut aussi trouver du nickel, du chrome, du cobalt et du manganèse.

L’équipe de chercheurs a utilisé des rayons X ultra-puissants pour obtenir la preuve du transport des pigments et des éléments toxiques dans l’organisme. Les particules en question voyagent par le sang et les fluides lymphatiques mais également par les cellules immunitaires qui les absorbent.

Selon Le Parisien, environ 14% des Français majeurs seraient tatoués. Rien que ces six dernières années, près de deux millions de personnes auraient décidé d’affronter l’aiguille du tatoueur.

Source : LCI

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.