L’Alentejo, du bonheur à perte de vue

#Portugal

0

 

Loin du tourisme de masse de l’Algarve et de l’effervescence de Lisbonne ou de Porto, l’Alentejo est une région immense qui couvre un tiers du Portugal. Depuis quelques années, les visiteurs sont de plus en plus nombreux à être attirés par la diversité de ses paysages et de son art de vivre. L’Alentejo gagne en effet à être mieux connue, pour la richesse de son patrimoine, la douce nonchalance de ses habitants et la qualité de ses infrastructures et de sa gastronomie locale.

Sur le bord du Tage, commencent les plaines à perte de vue. Et si au nord dans le Minho,  la vie est naturellement rythmée par la verdure des champs et le fracas des villes industrielles, plus au sud dans la région authentique et agricole de l’Alentejo, le paysage s’allie au soleil, à la chaleur et au rythme plus nonchalant de ses habitants. Au nord, c’est le domaine des pâturages de la Lezíria, une plaine inondable. Dans l’arrière-pays, les visiteurs découvrent des étendues gigantesques avec des champs de céréales qui ondulent doucement sous le vent. Sur le littoral, s’offre à nos yeux un chapelet ininterrompu de plages désertes d’une beauté sauvage. Dans cette région fière et inviolée, désormais très prisée pour son tourisme rural, l’amplitude du paysage est souvent entrecoupée de forêts de chênes lièges et de champs d’oliviers qui résistent vaillamment au temps qui passe. Santarém est un belvédère naturel donnant sur le majestueux cours du Tage. Ici et là se dresse une enceinte de murailles, comme à Marvão ou Monsaraz. Ces villages perchés et fortifiés ont longtemps été chargés de défendre le pays contre les invasions mauresques ou hispaniques. Plus loin, un ancien dolmen vous rappelle le caractère légendaire du lieu. Sur les collines, des maisons basses et blanches couronnent de petites hauteurs, les châteaux évoquent des guerres et des conquêtes et les cours intérieures et les jardins témoignent des influences arabes qui ont façonné les gens et la nature de ce terroir.

Grandes découvertes 

En Alentejo, la force de la terre rythme le temps. Et les villes comme Elvas et Évora, classées patrimoine mondial par l’UNESCO, démontrent l’âpre ténacité de leurs habitants. C’est sans doute pour cette raison que la culture et la spiritualité y ont acquis un caractère particulier. Les vestiges du passé sont aussi ce qui demeure dans les autres villes, comme Santarém, Portalegre et Beja ou dans les anciens quartiers juifs (judiarias), notamment à Castelo de Vide. Aujourd’hui, la plaine favorise les randonnées pédestres ou à vélo, mais les chevaux font eux aussi partie intégrante du décor. Ces promenades peuvent être couplées à l’observation des oiseaux migrateurs, ou par temps clair près des barrages comme celui d’Alqueva, à la contemplation des cieux étoilés.  Après l’ivresse des grands espaces, il ne faut toutefois pas oublier d’aller explorer le littoral. Sur le bord de mer, le paysage présente un relief plus élevé et escarpé, avec de petites plages nichées entre de hautes falaises et dont la plupart sont idéales pour le surf. Fief des plus prestigieux navigateurs qui à la fin du 15e siècle assurèrent par leurs découvertes la prospérité du royaume lusitanien, Sines est une ville portuaire au centre de la côte sud-ouest du Portugal. Elle évolue dans l’un des écosystèmes les mieux préservés de la côte européenne avec des plages, des dunes, des ruisseaux, de la lande et des zones montagneuses. Sines est aussi pour les plaisanciers un port en bordure de l’océan Atlantique avec un excellent accès maritime sans aucune restriction de profondeur ou de hauteur. C’est encore la ville natale du célébrissime navigateur, Vasco de Gama (1460-1524) qui a été le premier européen en 1498 à découvrir la voie maritime jusqu’en Inde en contournant le cap de Bonne-Espérance.

Plages préservées 

À seulement 10 kilomètres de Sines, le village très pittoresque de Porto Covo idéalement situé entre l’océan et les plaines de l’intérieur, est entouré par les plages les mieux préservées du Portugal. Cette zone fait en effet partie du parc naturel du sud-ouest de l’Alentejo et de la côte Vincentine. Avec ses 30 kilomètres de côte, la région de Sines offre des plages pour tous, aussi bien pour des familles que pour un public plus aventurier. Ces dernières années, elles ont d’ailleurs obtenu et gardé le drapeau bleu européen. Dans les restaurants du littoral ou de l’arrière-pays, les herbes aromatiques assaisonnent la soupe de requin et les fruits de mer, les arômes champêtres parfument le ragout de porc aux palourdes et les excellents vins de la région blanc ou rouge font quelque peu tourner les têtes.  En fait, c’est l’Alentejo tout entier qui respire, palpite et prospère dans votre assiette, toujours entre terre et mer…

En savoir plus : www.visitportugal.com/fr 


Pour bien préparer son voyage en Alentejo : www.visitalentejo.pt/fr/ 

Se loger 
Grandola : Herdade Barradas da Serra
Evora
Estremoz : Pousada de Estremoz
Elvas : Hotel Santa Luzia
Marvao : Pousada de Marvão

Se restaurer 
Sines : Cais da Estação
Vila Nova de Milfontes
Evora
Vila Viçosa

Visitez la maison de la route des vins d’Alentejo à Evora
www.vinhosdoalentejo.pt/index.php

Le domaine agricole et viticole d’Esporao
www.esporao.com/pt-pt/

Jouer au golf au Tróia Resort 
www.troiaresort.pt/

Bon séjour !

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.