Portrait de Séverine Mela, femme d’engagement pour le patrimoine Corse

0

Un grand remerciement à Louis Azara, fervent défenseur de la culture corse pour avoir initié l’entretien avec Séverine Mela. 

Bonjour Séverine, parlez-nous de votre parcours, de vos passions, de vos projets  :

Je suis née à Levie en Alta Rocca. J’y ai passé mon enfance. Mes parents m’ont fait découvrir très tôt les richesses de la Corse telles que ses montagnes, ses villages de l’intérieur, ses plages et ses villes du littoral.
A cette époque je trouvais normal que les constructions de nos ancêtres ne nous laissent voir que des ruines même si celles-ci ne m’inspiraient alors que de la tristesse. Avec les années j’ai ressenti de plus en plus d’intérêt pour les casteddi, les couvents, les églises et surtout pour les tours génoises du littoral. Certaines de ces tours ont été restaurées, aménagées afin de les ouvrir à la visite. C’est alors que j’ai pu en visiter quelques-unes avec joie. Dès lors l’idée m’est venue de créer un événement visant à rassembler ceux et celles qui sont attachés aux valeurs ancestrales de notre belle et fière île.

Alors justement Séverine quel est ce projet qui vous tient tant à coeur ?
Mon projet novateur est celui de rassembler le maximum de personnes amoureuses de notre patrimoine aux pieds de chacune des tours du littoral le même jour et à la même heure. L’idée ? rallumer les tours comme autrefois par un brasier au pied de celles-ci et pourquoi ne pas écouter réciter des poèmes, chanter des chansons issues de notre culture artistique, danser autour du feu. Ce serait à mon sens retrouver pour un temps ce qui font les valeurs de notre Corse.

A combien de tours pensez-vous  ?
La Corse compte aujourd’hui 85 tours sur le littoral. Toutes sont accessibles.

Avez vous une date prévue pour la réalisation de ce projet ?
Oui bien sûr ! Mon choix s’est porté sur la date anniversaire de la séparation de la Corse avec Gênes qui remonte au 30 Janvier 1735. Pour la disponibilité du plus grand nombre nous retiendrons le dimanche 28 janvier 2018.

Par ailleurs, j’ai entendu dire que vous avez publié un livret. De quoi s’agit-il ?
Ce livret permet d’explorer les chemins intervillages regroupant les communes San Martino Di Lota et Santa Maria Di Lota (Région de la Pieve Di Lota). J’ai répertorié et balisé les chemins. Il est disponible au commerce Proxi du village de Miomu ou simplement en me contactant.

Avez-vous d’autres projets à évoquer ?
En effet, j’ai d’autres projets en lien avec l’histoire et la richesse de notre patrimoine. Il me tient à coeur de transmettre notre culture à la jeunesse corse. J’essaie aussi de valoriser l’artisanat local via mon compte instagram (L’Arte Corsu in l’Anima).

…Changeons de sujets maintenant…

Quels sont vos hobbies ?
Plus que tout la musique, je joue de la guitare, du piano et du saxo mais aussi la randonnée où je suis vraiment dans mon élément, mon île et ses richesses.

Quelle est votre philosophie de vie personnelle ?
Conserver nos valeurs, notre histoire et les partager avec coeur.

Pour conclure notre entretien, avez-vous une citation Corse à partager ?
“Com’hè corcia a panca indù un ci posa barba bianca” ce qui signifie : “Comme est triste le banc où jamais aucune barbe blanche ne s’assied”.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.