by Valérie Desforges

#OCDE : Que prévoit-elle pour l’économie mondiale en 2018 ?

0

Selon les dernières perspectives économiques de l’OCDE, la croissance économique mondiale s’est affermie sur fond de mesures de relance monétaires et budgétaires permettant d’étayer un redressement généralisé et synchronisé dans la plupart des pays. 

Le rythme de l’expansion devrait continuer d’accélérer jusqu’en 2018, mais la croissance reste inférieure aux niveaux observés lors de reprises antérieures, et des difficultés à long terme font obstacle à l’avènement d’économies plus fortes, plus inclusives.

Les perspectives font état de l’effet prolongé d’une croissance insuffisante sur les résultats du secteur privé, notamment en termes d’investissement, d’échanges et de productivité. Les tensions inflationnistes sont très modérées, malgré le resserrement des marchés du travail. Faute d’inflexion durable de ces trajectoires, le frémissement à la hausse prévu jusqu’en 2019 s’essoufflera.

« Les perspectives à court terme s’améliorent et le redressement est prometteur, mais il faut faire davantage pour compenser les retards passés » a déclaré le Secrétaire général de l’OCDE M. Angel Gurría. « Les mesures structurelles et budgétaires doivent viser en priorité à renforcer le potentiel à long terme à mesure que les instruments de politique monétaire seront moins sollicités pour soutenir l’activité. Les pays devraient mettre en œuvre des trains de réformes propres à mobiliser le secteur privé au service de la productivité, de la hausse des salaires et d’une croissance plus inclusive. »

L’OCDE prévoit que l’économie mondiale connaîtra une croissance de 3.6 % cette année, de 3.7 % en 2018 puis de 3.6 % en 2019. Ces projections témoignent certes d’une légère embellie de l’économie mondiale depuis les Perspectives économiques intermédiaires publiées en septembre 2017, mais font aussi écho à des préoccupations qui concernent la dynamique à long terme. De fait, dans la plupart des économies de l’OCDE, la croissance sera modeste en 2019.

L’expansion devrait se poursuivre dans les grandes économies avancées. Aux États-Unis, la croissance devrait ressortir à 2.2 % en 2017 puis atteindre 2.5 % en 2018 avant de redescendre à 2.1 % en 2019 à mesure que l’expansion gagnera en maturité.

Dans la zone euro, la croissance devrait s’établir à 2.4 % en 2017 et 2.1 % en 2018, soit une révision à la hausse par rapport aux prévisions antérieures qui est à mettre au crédit d’une progression plus vigoureuse dans certains pays européens clés, avant de ralentir pour revenir à 1.9 % en 2019.

En Allemagne, l’économie devrait croître au rythme de 2.5 % en 2017, 2.3 % en 2018 et 1.9 % en 2019. La France devrait enregistrer une croissance de 1.8 % sur la période 2017‑18 et de 1.7 % en 2019, tandis qu’en Italie, le rythme sera de 1.6 % cette année, de 1.5 % en 2018 et de 1.3 % en 2019. Les prévisions révisées font apparaître une performance plus vigoureuse que prévu au premier semestre de 2017, dans un contexte marqué par une hausse de l’emploi, une politique monétaire accommodante et un raffermissement de la hausse de la consommation et de l’investissement.

Au Royaume-Uni, le ralentissement de la croissance devrait se poursuivre jusqu’en 2018, du fait de la poursuite des incertitudes entourant l’issue des négociations relatives à la décision de quitter l’Union européenne et de l’impact sur la hausse de l’inflation sur le pouvoir d’achat des ménages. Dans ce contexte, la croissance de l’économie britannique devrait s’établir à 1.5 % cette année, 1.2 % en 2018 et 1.1 % en 2019.

Au Japon, il est prévu que la croissance ressorte à 1.5 % en 2017, soit un taux légèrement inférieur à celui qui était projeté dans les Perspectives économiques intermédiaires de septembre 2017, et elle devrait rester proche de 1 % en 2018 et 2019 sous l’effet de la reprise de l’assainissement budgétaire et de l’accélération du déclin de la population en âge de travailler.

Au Canada, le ralentissement de l’économie se traduira par un repli de la croissance qui devrait passer à 3 % cette année et fléchir encore pour revenir à 2.1 % en 2018 et 1.9 % en 2019, à mesure que la croissance rapide de l’emploi et les gains de richesse s’atténueront.

Dans les grandes économies de marché émergentes, la croissance se redresse, portée par un rebond des investissements dans les infrastructures en Chine et une relèvement des prix des matières premières, mais demeure cependant moins vigoureuse que dans le passé du fait du ralentissement des efforts de réforme et de l’existence de vulnérabilités financières liées au niveau élevé de l’endettement.

En Chine, la croissance devrait atteindre 6.8 % en 2017 et se modérer quelque peu pour s’établir à 6.6 % en 2018 et 6.4 % en 2019.

L’Inde devrait afficher une croissance qui s’établira à 6.7 % en 2017 et 7 % en 2018 avant de se hisser à 7.4 % en 2019, grâce à des réformes qui devraient doper l’investissement, la productivité et la croissance.

La Russie se redresse après avoir connu une récession et son économie devrait croître au rythme de 1.9 % en 2017 et 2018 puis de 1.5 % en 2019. Le Brésil devrait lui aussi sortir de la récession et enregistrer une croissance ressortant à 0.7 % en 2017, 1.9 % en 2018 et 2.3 % en 2019.

« L’économie mondiale est en petite forme, et un risque de turbulences financières existe » a déclaré Mme Mann. « La seule stratégie qui vaille consiste à adopter une approche intégrée de l’action publique qui permettra d’assurer un équilibre entre les mesures visant à stimuler la croissance, celles qui ont pour objectif d’amoindrir les risques dans le secteur financier et celles qui sont destinées à améliorer la résilience. Nous devons nous garder de tout excès d’optimisme et nous ne pouvons pas nous permettre de penser que l’économie va aujourd’hui aussi bien qu’il lui est possible d’aller : les générations futures ont le droit d’exiger mieux. »

Source : OCDE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.