by Valérie Desforges

Interview de Franck Gicquel, acteur clef de Cybermalveillance.gouv.fr

0

Franck Gicquel est un homme humble au parcours peu commun. Des Assises de la sécurité, à l’ANSSI. Aujourd’hui chez Cybermalveillance.gouv.fr, Miss Konfidentielle a le plaisir de vous présenter plus avant son parcours.

Bonjour Franck,
Quel est votre contexte familial ?

Je suis né en région Parisienne bien loin de mes ancêtres Bretons et Quercynois. Fils de revendeur informatique, j’ai toujours baigné dans une culture à la croisée des chemins entre la technologie et l’humain, où le service et la proximité étaient au cœur de toutes choses. Je suis aujourd’hui marié et père de 2 petites filles dont je suis très fier.

Vous avez choisi d’écourter vos études…
Avec un baccalauréat scientifique en poche et après la classe préparatoire aux grandes écoles, j’ai intégré l’ESG mais ne suis pas allé jusqu’à la 3ème année, bien trop pressé de commencer dans la vie professionnelle. Passés quelques « petits boulots », j’ai eu un beau coup de pouce du destin.

… C’est alors que vous avez débuté votre carrière chez DG Consultants.
DG Consultants cherchait un assistant commercial pour accompagner son développement, notamment sur un de ses événements prometteurs : les Assises de la Sécurité . J’ai eu la chance d’y être formé par son fondateur Gérard Rio, un « grand de la profession » mais surtout une « belle personne » qui au-delà du métier m’a transmis ses valeurs de partage, de l’importance de travailler avec envie et passion et ce goût d’emmener les gens là où ils ne nous attendent pas. Avec son épouse Dominique Rio, Directrice Générale de la structure, ils m’ont témoigné leur confiance à travers plusieurs promotions jusqu’à me nommer Directeur Commercial.

Puis vous avez intégré l’ANSSI. Quelles ont été vos motivations pour rejoindre l’Agence et vos fonctions ?
Après cette grande aventure de 12 ans et les Assises étant devenues un événement incontournable dans le milieu de la Sécurité des Systèmes d’Information (SSI), j’ai commencé à chercher un nouveau projet en lien avec mon expérience, où tout resterait à inventer et qui aurait du sens au-delà de mon action.
À nouveau, un coup de pouce du destin… Nos chemins se recroisent avec Jérôme Notin, futur Directeur Général de Cybermalveillance.gouv.fr, avec qui j’avais précédemment eu l’occasion de travailler et qui m’a fait l’honneur de me proposer de le rejoindre au sein de l’équipe qu’il était en train de créer pour mener à bien un grand projet qui répondait précisément à mes aspirations.
C’est ainsi que j’ai intégré l’ANSSI fin 2016 pour rejoindre l’équipe de préfiguration du futur dispositif d’assistance aux victimes d’actes de cybermalveillance en tant que Responsable des Partenariats afin de créer et d’animer notre futur écosystème.
Nous avons eu pour mission de monter un dispositif d’assistance et de prévention pour les particuliers, les entreprises (TPE/PME) et les collectivités territoriales. Un dispositif se voulant résolument moderne, depuis son incubation en mode startup au sein de l’ANSSI jusqu’à sa capacité à fédérer des acteurs des sphères publiques et privées, avec un fonctionnement pragmatique au service des utilisateurs et des victimes. Après cette phase d’incubation, Cybermalveillance.gouv.fr a été lancé fin 2017 et est désormais porté par un Groupement d’Intérêt Public : le GIP ACYMA.

Aujourd’hui, vous êtes un acteur clef de Cybermalveillance.gouv.fr « Un dispositif pragmatique » dites-vous, qui a déjà assisté 90 000 victimes.
Cybermalveillance.gouv.fr est un dispositif précurseur en Europe en terme d’assistance aux victimes, dans la mesure où c’est la première fois qu’un service de l’État propose de mettre en relation des victimes et des prestataires de proximité lors d’incidents liés à la sécurité numérique. C’est effectivement une démarche pragmatique puisque cette partie de notre activité repose essentiellement sur des acteurs de terrain, aujourd’hui 1600 prestataires, qui sont présents sur l’ensemble du territoire et qui connaissent mieux que quiconque leur région et le tissu économique local.
En parallèle, sur notre mission de sensibilisation, nous travaillons avec les 40 membres du GIP à l’élaboration de contenus et de ressources mis à la disposition de tous les publics en licence ouverte.
J’en profite pour inviter vos lecteurs à découvrir et à partager largement autour d’eux notre nouveau kit de sensibilisation sorti il y a quelques semaines.

En juillet 2019, cybermalveillance.gouv.fr lancera un groupe de réflexion visant à créer « l’observatoire du risque ». De quoi s’agit-il ?

Aujourd’hui, quel est le chiffre réel de la cybermalveillance en France ? Comment se décompose-t-il ? Si l’on veut mieux anticiper la menace il faut pouvoir mesurer le phénomène pour consolider et partager l’information. C’est tout l’objet de l’Observatoire du risque numérique.
Le groupe de travail qui sera lancé dans quelques jours vise à définir le périmètre, l’organisation et les moyens nécessaires à la création de cet observatoire. Comme pour chacun de nos grands projets, nous mettons autour de la table des acteurs d’horizons différents et tous concernés par le sujet.
Dans ce groupe de travail, par exemple, des acteurs aussi divers que des ministères, des éditeurs de solutions de sécurité, des clubs d’utilisateurs, des chercheurs ou des syndicats professionnels.

Auriez-vous des scoops à nous révéler ?
2020 sera une grande année pour Cybermalveillance avec notamment une refonte complète de la plateforme; et la création d’un label d’expertise pour les prestataires d’assistance. Plus d’informations à venir prochainement…

En dehors de votre vie professionnelle, quelles sont vos priorités ? vos loisirs ?
Rien d’original, mais des fondamentaux : ma famille, mes amis, la musique et les bons moments partagés.

Un message à faire passer ?
Un rapide message pour tous les «sachants» de la communauté SSI : en matière de sécurité numérique, il n’y a pas d’évidence pour qui n’a pas connaissance des risques. Alors sensibilisons !

Miss Konfidentielle vous remercie pour cet échange agréable, les scoops accordés et vous souhaite pleine réussite dans vos projets dans cette belle maison qu’est cybermalveillance.gouv.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.