by Valérie Desforges

Sondage – Les français et l’écologie : Amazonie, pesticides, zéro déchets…

0

A l’heure où les enjeux écologiques occupent une place centrale dans le débat public, Harris Interactive a mené une enquête permettant de mieux comprendre comment les Français perçoivent ces enjeux, tant à un niveau individuel que collectif, et donc politique.
La photo qui accompagne l’article vise à nous rappeler la beauté de la nature et vous détendre avant de lire les résultats.

Quelle perception les Français ont-ils de l’écologie et des enjeux environnementaux ? 

69% des Français se déclarent pessimistes concernant l’avenir de la planète. Ce pessimisme, minoritaire chez les plus jeunes (41% chez les 18-24 ans) s’avère beaucoup plus marqué chez leurs aînés (jusqu’à 77% chez les 65 ans et plus). Néanmoins, pessimisme ne rime pas ici avec désintérêt, bien au contraire : 72% des Français indiquent avoir accru leur intérêt pour ces enjeux écologiques au cours des derniers mois, une prise de conscience particulièrement forte parmi les plus jeunes générations (89% chez les 18-24 ans, 80% chez les 25-34 ans). Cette perception d’un intérêt plus marqué s’est même incarnée pour la moitié d’entre eux en une déclaration d’évolution des comportements désormais plus vertueux au regard de ces enjeux d’écologie, nous disent-ils. Ainsi, aujourd’hui les réfractaires aux gestes simples comme éteindre la lumière d’une pièce inoccupée, fermer le robinet d’eau en se brossant les dents ou encore trier ses déchets sont devenus extrêmement minoritaires. En revanche, les Français conçoivent un peu plus difficilement l’hypothèse de réaliser eux-mêmes leurs produits d’hygiène et d’entretien (33% ne seraient pas prêts à le faire), celle de devoir ne plus prendre l’avion (35%) et l’abandon de la voiture individuelle (47% ne seraient pas prêts à le faire).

Quelle place dans les prochaines échéances électorales ?

S’il a un fort impact individuel, le rapport à l’écologie n’est en pas moins un objet politique. Appelés en cette rentrée 2019 à évaluer la sincérité du Président de la République lorsqu’il évoque son engagement en faveur de l’écologie, les Français sont 43% à le trouver sincère alors que 57% expriment des doutes sur ce point. Notons que s’il peut bien entendu compter sur la bienveillance des sympathisants de LREM, Emmanuel Macron n’essuie pas de nettes critiques de la part des sympathisants de centre gauche comme de centre droit : 49% des proches du PS, 48% des sympathisants EELV et 52% des proches de LR affirment le trouver sincère lorsqu’il aborde ces enjeux d’écologie.

Au-delà des politiques publiques menées par l’exécutif, ces enjeux d’écologie pourraient venir teinter les prochaines échéances électorales. A 7 mois du scrutin des municipales, l’écologie se classe en deuxième position des thématiques qui compteront le plus dans le vote des Français appelés à se projeter, et plus particulièrement pour les sympathisants de gauche (qu’ils se sentent proches de La France Insoumise, du PS ou d’EELV) ainsi que pour les sympathisants de LREM. Ainsi, seuls les impôts locaux devancent aujourd’hui l’écologie dans les thématique de vote. Notons également que l’arbitrage entre adapter une démarche écologique et préserver le pouvoir d’achat n’apparaît pas comme un choix aussi binaire qu’il pourrait y paraître : pour 62% des Français il est possible d’adopter des mesures de préservation de l’environnement sans qu’elles aient nécessairement d’impact négatif sur le budget des Français.


Enquête réalisée par Harris Interactive en ligne les 28 et 29 août 2019 auprès d’un échantillon de 1066 personnes représentatif des Français âgés de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables  suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.