by Valérie Desforges

La Champagne et la Bourgogne ont ouvert Le Parc national des forêts

0

Miss Konfidentielle partage avec vous son amour pour la nature. Belle nouvelle, la Champagne et la Bourgogne ont ouvert le 11ème parc national français “Le Parc national de forêts”. Ce projet a nécessité dix années de préparation.. et quelle réussite pour s’y être promenée !  “Le Parc national de forêts” est l’unique parc national français entièrement dédié à la forêt et à ses habitants.

Imaginez-vous… Des forêts immenses, d’étroites routes pour plonger vers des combes cachées où chuchotent les ruisseaux, des villages magnifiques où se lit l’héritage templier et cistercien… Un étonnant territoire marqué par l’histoire depuis l’âge de fer, de tombe princière en abbayes, de châteaux en églises romanes, de forêts en marais tufeux, d’éboulis de roches en prairies sèches qui livrent des mystères de pierres et de verdure à qui sait y trainer guêtres et regards. Un monde d’enchantements et d’étonnements qui s’ouvre aux promeneurs… En bref, un destin touristique qui est à son bourgeonnement en 2020.

C’est ici que craquète la cigogne noire, qu’hulule le grand-duc quand s’éteint le brâme du cerf. C’est ici que la forêt, toute de poésie et de légendes, prend les couleurs d’une flore unique, d’une faune singulière et s’écharpe de brume dans les vallons discrets et escarpés pour mieux éclater de lumière au sommet de son incroyable canopée.

Le réseau des parcs nationaux, une reconnaissance exceptionnelle

Les parcs nationaux forment un réseau mondial d’espaces naturels terrestres et maritimes exceptionnels où la diversité biologique, culturelle et paysagère s’exprime avec magnificence. En France ils apparaissent dans les années 60 avec le premier de la famille, le Parc national de la Vanoise. Après la Réunion et la Guyane en 2007, puis les Calanques en 2012, c’est au tour des forêts de Champagne et Bourgogne d’être inscrites sur la prestigieuse liste des parcs nationaux.

Ici, tout sera désormais mis en œuvre pour préserver, gérer et mettre en valeur de façon exemplaire la nature et les paysages. Les parcs nationaux sont des espaces protégés créés pour sauvegarder des patrimoines naturels et culturels reconnus comme exceptionnels. Leur caractère exceptionnel résulte d’une combinaison unique entre géologie, diversité biologique, paysages et activités humaines. L’originalité d’un parc national relève autant d’un patrimoine naturel et culturel de très grande valeur, que de la présence d’activités humaines qui ont su satisfaire les besoins des populations locales tout en respectant leur environnement. Objet de fierté pour les habitants qui ont façonné un équilibre original, les parcs nationaux incarnent une part de l’identité culturelle de la nation.

Des recherches scientifiques 

Cet espace a vocation à devenir un centre européen de la recherche forestière. Il existe encore de nombreux sujets potentiels pour des études scientifiques sur cette terre qui, de tous temps, a été étudiée par Buffon, Claude Lévi-Strauss, Axel Kahn ou encore le botaniste et phytosociologue Jean-Claude Rameau.

Faune

Si nous sommes au royaume des grands ongulés que sont les cerfs, les chevreuils ou les sangliers, une faune plus discrète et caractéristique a élu domicile dans le Parc national de forêts. Le chat forestier trouve ici l’espace suffisant pour établir son territoire et chasser tranquillement. Mais c’est en se rapprochant un peu du sol qu’une faune d’invertébrés, d’insectes et de papillons rares, dont certains sont en voie de disparition en France comme la matrone ou le damier du frêne, se dévoile… Les coléoptères saproxyliques, qui se nourrissent de bois et trouvent dans les sous-bois une nourriture foisonnante, avec les salamandres ou encore les insectes minuscules qui habitent sources et marais tandis que l’escargot compte à lui seul plus de 50 espèces dont certaines rares comme le cochlostome bourguignon.

C’est également ici, dans cet environnement préservé, que niche 20% de la population française de cigognes noires en haut des grands arbres, avec des horizons dégagés et beaucoup de calme aux côtés des rapaces, d’une multitude d’oiseaux et des chouettes de Tengmalm, espèce traditionnellement montagnarde.

Flore

Entre forêts, éboulis rocheux, rivières fraîches, douix et marais, on trouve ici également des orchidées éclatantes comme le spectaculaire sabot de Vénus, l’orchis pyramidal ou l’ophrys bourdon. Une flore d’espèces rares, caractéristiques des prairies sèches… qui est aussi le terrain favori du rare lys martagon, protégé, ou de la nivéole de printemps. On trouve dans les éboulis rocheux et calcaires une flore unique à caractère montagnard comme la carline acaule, la gentiane jaune, la gentiane ciliée, la germandrée des montagnes ou la linaire des Alpes aux lèvres violettes et au cœur taché d’or qui nous raconte une légende de fée sanguinaire, d’une enfant chétive et de trois larmes d’eau bénite… Enfin, c’est dans la forêt que se découvre une quantité de mousses, de lichens (marqueurs de bonne santé écologique) et de champignons qui participent à la croissance des arbres et à la dégradation des matières organiques… de véritables « nettoyeurs » de la forêt !

Géographie

Les forêts, majoritairement feuillues, du 11ème parc national français, sont représentatives des plateaux calcaires du quart nord-est de la France. Au carrefour des influences climatiques continentale et océanique, subissant des entrées méditerranéennes et alpines, elles comptent jusqu’à plus de quinze essences d’arbres par hectare, le hêtre étant la plus courante. L’eau est également très présente avec 694 kilomètres de cours d’eau, de nombreuses sources et zones humides.

Economie

Les activités humaines sont également reconnues lors d’un classement en tant que parc national : ici, les filières d’excellence de la pierre de Bourgogne (10 entreprises), du bois (près de 300 000 m3 exploités chaque année) et de l’agriculture (550 exploitations) font la fierté et le dynamisme du territoire. L’écotourisme, la récolte de truffes de Bourgogne (un champignon de fin d’automne) et l’élevage d’abeilles sont des activités qui devraient se développer particulièrement dans le Parc national de forêts. Depuis 2018 la pierre de Bourgogne bénéficie de la reconnaissance d’une Indication Géographique.

Histoire

Témoin privilégié des liens étroits entre l’homme et la nature depuis le Néolithique, la forêt recèle et protège de nombreux vestiges archéologiques et conserve l’empreinte du travail des moines au Moyen-âge, de l’exploitation agricole, forestière, hydraulique ou métallurgique à différentes époques.

A l’âge de fer, en -750 avant notre ère, le mont Lassois se situe sur la route de l’étain qui traverse alors l’Europe. Une princesse dont on ne connaît pas le prénom et qu’on nomme la Dame de Vix vécut ici : on découvre sa tombe en 1953, avec son incroyable trésor, le vase de Vix (le plus grand vase antique découvert au monde, puisqu’il mesure 1,53m de haut !), aujourd’hui exposé au musée du Pays Châtillonnais.

A l’époque gallo-romaine, les Lingons occupent le territoire. Un peuple celte avec ses coutumes rudes qui devient gallo-romain et tisse un maillage important de villas entre autres. Le pays lingon esquisse la première unité de ce territoire qui sera renforcée au travers des siècles par l’influence du christianisme et notamment de l’évêché de Langres, jusqu’à la Révolution française.

Viendront ensuite l’ordre du Temple et les moines cisterciens… C’est en Bourgogne que naît l’ordre cistercien, laissant derrière lui des abbayes, une structu- ration de l’espace agricole, forestier et hydraulique. Les abbayes d’Auberive, de Longuay, du Val des Choues (du 12e siècle mais la seule à ne pas être cistercienne), au cœur du parc national, font écho à la toute proche abbaye de Fontenay, inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Les bonnes tables

A la Table des Jardiniersferme-auberge (Montigny-sur Aube)
Les légumes, fruits et herbes aromatiques cuisinés par le chef viennent directement des vergers-potagers du château, cultivés avec un savoir-faire perpétué depuis le 19è siècle.  

La Tuffière (Rolampont)
Implanté dans un cadre naturel exceptionnel, le restaurant de cet hôtel propose une cuisine traditionnelle, dans une région riche de forêts pour les amoureux de la nature et de la randonnée. Tél. : 03 25 87 32 52 ou 06 82 03 68 20

L’Evidence (Châtllon-sur-Seine)
Une cuisine traditionnelle 100% maison dans une ambiance familiale et décontractée qui fait la part belle aux produits de saison. un délice de l’entrée au dessert !
Tél. : 03 80 81 50 73

Auberge de la Fontaine (Villiers-sur-Suize)

Cuisine préparée par Bruno THOMAS, le maître des lieux. une cuisine simple, traditionnelle, familiale, une cuisine d’antan avec ses produits du terroir.Terrasse en face de la fontaine, toujours fleurie où il y fait bon de prendre un repas ou un simple verre.

L’hébergement

Hôtel Château de Courban & Spa **** (Courban)
Dans cet hôtel de caractère, on apprécie particulièrement l’ambiance chaleureuse, le jardin, la piscine et le spa Nuxe, ainsi que la cuisine gastronomique du terroir élaborée par le chef Takashi Kinoshita (une étoile au guide Michelin). La chambre coup de cœur : le pigeonnier !

Le Bailli (Montsaugeon)
Maison d’hôtes de caractère dans un joli petit village labellisé « Site Pittoresque » et « Petite Cité de Caractère® », à mi-chemin entre Langres et Dijon. Décorées avec soin, les vastes chambres d’hôtes pleines de charme, allient le confort à la modernité.

La ferme de Bon Espoir (Aisey-sur-Seine)
Un gîte luxueux et confortable de grande capacité où la belle salle à manger semble idéale pour des réunions entre amis ou en famille, au cœur de la Bourgogne.

Le plus : l’hébergement et la balade équestre

Centre équestre du Parc (Châteauvillain)
L’accueil en centre équestre vous fera découvrir la « Petite Cité de Caractère® » de Châteauvillain et ses alentours. Des stages tous niveaux ou des promenades, à cheval ou à poney, sont proposées du cavalier débutant au confirmé. Ce gîte de groupe peut accueillir jusqu’à 24 personnes. Tél. : 06 81 64 18 69

Bonnes balades en famille entre amis. Ou seul(e) afin de mieux méditer. 

Ecouter la forêt qui pousse plutôt que l’arbre qui tombe.
Le philosophe Friedrich Hegel

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.