by Valérie Desforges

Les Compagnons de la Libération de la 13 de Henri Weill

#lecture #histoire #culture #18juin #degaulle #pétain #libération #henriweill #thierryburkhard #louisdemareuil #misskonfidentielle

0

Miss Konfidentielle respecte notre histoire, notre patrimoine. Quelle tristesse de constater que certains d’entre nous détruisent nos monuments, veulent supprimer de nos livres d’histoire des périodes de notre passé, volent nos objets dans les églises… la liste est longue. Vouloir détruire ce qui constitue notre histoire, c’est nous détruire nous-même. C’est nier qui nous sommes. Car ne sommes-nous pas aujourd’hui le fruit de notre histoire ? Alors plutôt que de nous détruire… ne ferions-nous pas mieux de respecter celle-ci et d’avancer la tête haute ? Tout pays a un passé sombre et lumineux. La perfection n’existe pas. 

En ce jeudi 18 juin 2020, la place est donnée à la sortie en librairie du livre LES COMPAGNONS DE LA LIBÉRATION DE LA 13 écrit par Henri Weill et édité chez Mareuil Editions. Le journaliste revient sur l’histoire peu connue de ces compagnons de la libération issus de cette unité prestigieuse, la 13ème Demi-brigade de Légion étrangère. Un régiment qui fête cette année son 80e anniversaire !

Louis de Mareuil s’exprime pour Miss Konfidentielle :  Les compagnons de la Libération de la 13, porte un éclairage inédit sur des hommes qui, en conscience et en connaissance de cause (condamnation à mort, dégradation, confiscation de leurs biens au profit de la nation, etc.), ont choisi de Gaulle contre Pétain. 

LA PREFACE DU LIVRE
a été rédigée par le général d’armée Thierry Burkhard, Chef d’état-major de l’armée de terre 43e chef de corps de la 13e DBLE

Aux Invalides, panthéon des soldats, dans les couloirs du musée de l’ordre de la Libération, 1 038 visages de compagnons nous regardent et nous plongent dans un silence admiratif.

Parmi eux, 97 sont ceux des officiers, sous-officiers et légionnaires de l’une des unités les plus prestigieuses de l’armée française : la 13e demi-brigade de Légion étrangère, le premier régiment constitué à rallier la France libre du général de Gaulle.

97 visages, 97 noms, tellement différents et pourtant si semblables. En servant la patrie, ils ont remporté la victoire. Ils étaient les compagnons de la Libération de la 13, ils étaient la France combattante. Militaires ou civils, français ou étrangers, fils d’aristocrates ou fils de paysans, ils ont tout quitté pour vivre dans l’incertitude et écrire l’une des plus belles épopées de notre histoire.

Ont-ils été des héros ? Sans aucun doute, mais ils ne se seraient pas revendiqués comme tels. Le courage est la vertu des optimistes : ces hommes de devoir en sont aujourd’hui les meilleurs témoins.

Pierre Messmer, officier de la 13 et parmi les premiers à recevoir la croix de la Libération, a porté une boussole sur lui pendant toute la guerre. Elle lui portait chance, cette fameuse baraka qui évite les pièges du destin.

Aujourd’hui, ce sont les compagnons qui nous donnent le cap et nous indiquent la marche à suivre dans nos existences, avec humi- lité et enthousiasme, à l’image du lieutenant Hubert Germain, le dernier des compagnons de la Libération de la 13e DBLE.

Admirer est un besoin de l’âme, et tout homme a besoin de modèles. Ce livre nous dévoile 97 caractères d’exception qui ont infléchi le cours de l’histoire et peuvent inspirer nos vies.

UN EXTRAIT DU LIVRE
« Qu’est-ce qu’un héros ? Jusqu’à quel point, faut-il être valeureux pour être qualifié de héros ? Car le mot est tout sauf banal. Et, aujourd’hui, il ne doit surtout pas être employé pour auréoler le passé d’un combattant de la Seconde Guerre mondiale sous prétexte que celui-ci… serait encore vivant. Les conditions qui font les héros, me semble-t-il, sont bien différentes.

Tournons-nous vers une définition qui permet de fournir des repères utiles : « Combattant(e) remarquable par sa bravoure et son sens du sacrifice. » Celle-ci peut, je pense, réunir les hésitants. Parmi les faiblesses que nous affichons, celle de nous laisser porter par des facilités de langage est l’une des plus nocives. Peut-on alors dire que le fait d’avoir reçu la croix de la Libération vous fait entrer dans un cercle restreint et sacré, celui des héros ? Je n’ai jamais rencontré, depuis plus de quinze ans que je les côtoie, un seul compagnon qui ait accepté un tel raisonnement. Alors, antihéros ? Disons, hommes de devoir.

Extrait du Chapitre 1 : « Héros et Antihéros »

 

Belle lecture à tous les passionnés d’histoire de France !

Voici le lien vous permettant de vous procurer le livre : Mareuil Editions

Merci à Louis de Mareuil pour sa disponibilité et toutes ces informations.

Crédit photo de Gabriel Brunet de Sairigné : Musée de l’ordre de la Libération

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.