by Valérie Desforges

Tourisme / Culture – Lancement du label “Capitale française de la culture”

0

Le 17 mai 2019, lors du 4ème Comité interministériel du tourisme, le Gouvernement a confirmé la création du label « Capitale française de la culture ». Ce label distinguera, tous les deux ans, une commune ou un groupement de communes de 20 000 à 200 000 habitants se démarquant par le soutien à la création, la valorisation du patrimoine, la transmission artistique et culturelle, la mobilisation des habitants, ainsi que l’implication des artistes et acteurs culturels implantés sur le territoire.

Le projet a pour mission d’encourager, de valoriser et de sou- tenir les nombreuses collectivités qui font le choix de la culture pour dynamiser voire revitaliser leur territoire. Il viendra ainsi mettre en lumière des projets ambitieux qui s’inscrivent dans une politique culturelle de long terme, touchant toutes les générations, en faveur de la vitalité culturelle de nos territoires.

Le ministère de la Culture a confié à la Réunion des musées nationaux – Grand Palais la coordi- nation et la mise en œuvre du projet « Capitale française de la culture » compte tenu de son repositionnement stratégique en faveur des territoires et de ses savoir-faire.

L’alliance culture-tourisme

La culture constitue, tant pour les touristes français qu’internationaux, l’une des premières motivations de leurs séjours en France. Ceux-ci sont de plus en plus nombreux à rechercher des activités culturelles sur leurs lieux de villégiature voire à construire leur projet de séjour autour de cet objectif.

Actuellement, la moitié de nos visiteurs étrangers visite au moins un site culturel durant leur séjour. Les Français, premiers visiteurs de leur pays, font eux aussi rimer tourisme et culture. Par exemple, un quart déclare que le patrimoine culturel est un critère de choix du lieu de vacances. Plus généralement, les grandes expositions et foires, comme les grands évènements internationaux et les festivals peuvent également constituer le principal motif de déplacement d’une partie des touristes.

L’alliance de la culture et du tourisme représente un authentique levier pour l’accès du plus grand nombre à la culture. Sur un autre plan, celle-ci peut générer de fortes dynamiques territoriales ayant des retombées très significatives en termes de développement économique, social et culturel. Inscrire les arts et la culture au cœur de la stratégie de développement touristique d’un territoire peut permettre de créer un réel engouement pour une destination, voire même de créer une destination, et d’indispensables interactions entre les visiteurs et les habitants. Le projet “Capitale française de la culture” s’inscrit pleinement dans cette logique. 

La crise sanitaire a durement touché le monde de la culture et celui du tourisme. Le label “Capitale française de la culture” participera à part entière à la relance du dynamisme culturel des territoires et au développement de fortes synergies entre les différents acteurs. 

 

Roselyne Bachelot-Narquin, Ministre de la Culture La création du label :

“Capitale française de la culture” poursuit un objectif précis : mettre en valeur le dynamisme et l’attractivité de nos territoires en distinguant tous les deux ans un projet ambitieux, structurant et innovant centré sur l’art et la culture, développé par une ville moyenne ou un groupement de communes, comptant de 20 000 à 200 000 habitants.

La création du label “Capitale française de la culture” entre pleinement en résonnance avec les priorités de mon action : le soutien à la création, la valorisation du patrimoine, la transmission artistique et culturelle, la contribution de la culture au dynamisme économique des territoires et la participation de tous à la vie culturelle. 

Un jury national sera chargé d’instruire les candidatures : il procédera à des auditions après une phase de présélection des projets à laquelle seront étroitement associées les directions régionales des affaires culturelles et les directions des affaires culturelles d’outre-mer.

J’annoncerai, à la fin du mois de mars 2021, la collectivité lauréate de la première édition, qui se déroulera du 1er janvier au 31 décembre 2022.

Dans le contexte de la crise sanitaire qui touche si fortement l’ensemble de l’écosystème culturel, le lancement de ce label participe de l’effort public pour accompagner la relance dans les territoires et contribuera à faire rayonner les territoires par la culture.

Je tiens à saluer l’engagement de la Caisse des dépôts, acteur majeur de la création de ce nouveau label, qui apportera, à parité avec le ministère de la Culture, un soutien financier à la Capitale désignée pour 2022. 

Ce projet a également pu aboutir grâce à la mobilisation de plusieurs ministères (ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance, ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales) ainsi que de l’ensemble des associations représentant les élus des collectivités territoriales. La coordination de ce projet est confiée à la Réunion des musées nationaux – Grand Palais.

Les villes moyennes sont nombreuses à faire le choix de la culture et à porter des projets ambitieux. Elles sont un acteur décisif pour le dynamisme culturel de nos territoires. Le label “Capitale française de la culture” vient saluer leur engagement et, d’édition en édition, dessinera une nouvelle cartographie de la France culturelle.

Éric Lombard, Directeur général de la Caisse des Dépôts

En tant qu’acteur majeur de l’économie des territoires et du tourisme, la Caisse des Dépôts, à travers la Banque des Territoires, est depuis longtemps convaincue que si l’exception culturelle française a un coût, elle est également génératrice de recettes et surtout qu’elle contribue de façon singulière à créer ou recréer du lien social.

Pour que 90 millions de touristes continuent de faire de la France la première destination touristique mondiale, doivent se conjuguer offre hôtelière, bonnes tables, sites prestigieux et offre culturelle. Les capitales européennes de la culture dont la Caisse des Dépôts était mécène ont à cet égard servi de preuve pour les esprits qui auraient pu être dubitatifs. Décliner cette belle expérience au niveau national ne pouvait que nous séduire. D’abord la cible : les villes de 20 000 à 200 000 habitants. Elles constituent l’essentiel de nos interventions. Elles composent un maillage très important de la richesse française. Les critères de sélection, comme la solidarité territoriale, la participation citoyenne, la durabilité et l’accessibilité pour les personnes handicapées, recoupent aussi nos préoccupations de toujours. 

C’est donc en partenaire du ministère de la Culture, que la Caisse des Dépôts a décidé de soutenir la ville lauréate à hauteur de 500 000 €. Il s’agit d’un acte de confiance et d’appui dans les investissements nécessaires que ces communes, moins bien dotées techniquement et financièrement que les métropoles, devront engager.

La Caisse des Dépôts est déjà un partenaire du Ministère à travers par exemple l’expérimentation du « pass Culture ». Nous participons aussi dans les territoires à de nombreuses actions culturelles (rénovations de cinémas, Micro-Folies…) en financement, en prêts ou en ingénierie. Nous sommes particulièrement engagés dans « Réinventer le patrimoine » qui apporte un souffle nouveau à des sites patrimoniaux exceptionnels qu’il convient de valoriser. 

Par ailleurs, la crise sanitaire l’a montré, l’offre culturelle a déferlé sur la toile en introduisant de nouvelles pratiques qui resteront. En accompagnement, la Banque des Territoires a engagé une enveloppe exception- nelle de 20M€ supplémentaires en vue de soutenir les entreprises culturelles (musique, spectacle vivant, librairies, galeries d’art, mode et design et presse) auprès du Fonds de Prêts aux Industries Culturelles et Créatives (FPICC) géré par l’IFCIC.

Cette « liste » n’est pas limitative tant l’activité de la Caisse des Dépôts, qui se manifeste aussi par son mécénat, est multiple.Toutes ces actions reflètent une même conviction : la culture participe de notre spécificité.

Conclusion

Les exemples britanniques ou italiens ont démontré un réel impact quant à l’attractivité des villes désignées capitales culturelles pour un an. Leurs désignations ont parfois donné une réelle visibilité nationale et internationale à certaines villes choisies à l’issue d’une procédure sélective. Miss Konfidentielle souhaite vivement que cette initiative soit pleine de succès pour les acteurs français du Tourisme et de la Culture.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.