by Valérie Desforges

Oenotourisme – Réhabilitations patrimoniale et viticole du Domaine Des Bergeries en Haute-Provence

0

L’aventure commence il y a 40 ans et se concrétise il y a tout juste 3 ans… Un couple passionné, Eloïse Massot par le patrimoine, sa restauration et la décoration menée dans deux bergeries cosy qui ne désemplissent pas, Jean-Luc Monteil par le vin rêvant depuis toujours à un projet qu’il pensait impossible : la création d’un Domaine viticole. Alors qu’il n’a pas encore 20 ans, Jean-Luc Monteil est à deux reprises finaliste du concours Ruinart des meilleurs sommeliers de France (Savoie / Haute-Savoie / Isère / canton de Genève). Il étudie à l’école hôtelière de Thonon les Bains, devient acheteur en vin & spiritueux et initie des premières foires aux vins. Très vite, il s’engage dans le monde économique, associatif, et de l’insertion professionnelle, ce qui le conduit à exercer des responsabilités au sein du Medef national, comme Vice-Président. Après des travaux colossaux, un vignoble est réimplanté en 2018 et les premières vendanges interviennent en septembre 2020.

Miss Konfidentielle vous déroule le projet, avec des citations de Jean-Luc Monteil et Eloïse Massot, et leur souhaite une pleine réussite, car tous deux participent au développement de notre patrimoine qu’il nous faut protéger. 

🍇 La situation géographique 
  • Un site d’oenotourisme, avec une forte préoccupation environnementale et patrimoniale situé au cœur de la Provence authentique, sur les communes de Montfort et de Châteauneuf-Val-Saint-Donat, surplombant la vallée de la Durance : domaine de 16 hectares, implantés sur des terrasses de la Haute-Provence;
  • La voie Domitienne qui conduit au Domaine, fait partie du chemin de Compostelle. Cette voie comprend quatre ponts romains dont un en partie sur la propriété;
  • 2 anciennes bergeries (registre cadastral 1814), restaurées en gîtes.
  • 33 000 pieds et 10 différents cépages (syrah, nebbiolo, vermentino, blanco gentile, sauvignon, pinot gris, cinsault, grenache, marsanne, viognier);
  • 2 hectares d’oliviers.
🍇 Le choix de cette implantation… et des cépages
  • La rencontre avec un cadre unique;
  • L’histoire de la viticulture à cet endroit particulier de la Haute-Provence : il y a moins d’un siècle on y produisait des vins réputés et servis sur toutes les grandes tables parisiennes, marseillaises, avignonnaises;
  • Le réchauffement climatique et l’émergence de domaines remarquables sur des terrasses à 500 ou 600 mètres d’altitude à l’image des terrasses du Larzac.
  • Entre tradition et coup de cœur;
  • Affection pour la Corse et l’Italie « on trouvera naturellement du Bianco Gentile et Nebbiolo dans les cuvées du Domaine des Bergeries ».
🍇 Les engagements du Domaine

« Quand on décide de planter 5 555 pieds à l’hectare, on s’interdit toute machine à vendange et on limite la mécanisation du Domaine »

Un engagement vers une viticulture biodynamique « Quand on a la chance d’accéder à des terres qui n’ont jamais connu de substances chimiques, on a spontanément l’envie de se rapprocher d’une viticulture biodynamique. Cela passe par la taille de la vigne en lune descendante, décroissante, l’utilisation de souffre en dessous des normes ‘Demeter’, un enherbement de tous les inter-rangs avec cocktail de plantes qui favorisent un apport naturel en azote et humus ».

🍇 Un peu de culture

Les Romains et la voie romaine, qui intégrera quelques siècles plus tard les chemins de Compostelle…
En créant cette voie, les romains ont canalisé deux veines d’eau qui alimentent naturellement les pâturages prisés par les moutons à l’occasion des transhumances de la Crau vers les Alpages. Les bergers eux, profitaient de ces moments de repos pour tailler la pierre dans la carrière du Domaine afin d’édifier au fil des siècles quatre magnifiques bergeries en Pierre. Eloïse Massot et Jean-Luc Monteil doivent beaucoup aux Romains : « ils ont créé l’accès au Domaine et chaque jour, 2400 ans après leur passage, ils nous permettent de nous émerveiller face à cette architecture léguée, à cette eau précieuse qui constitue en partie l’or de la Provence ». Cette eau a été drainée jusqu’au Domaine par des cavités construites en pierre à six mètres de profondeur. Les amphores du temps des romains étaient le contenant usuel pour transporter le vin, elles le sont aujourd’hui pour élever les vins du Domaine.

🍇 Les trois actualités
  • L’éco-pâturage avec les moutons d’un éleveur local dans les rangs du vignoble ;
  • La création d’espaces arborés avec différentes essences pour favoriser la biodiversité ;
  • La réflexion autour d’un restaurant éphémère avec des producteurs locaux.
  • A suivre sur Facebook (pas de site internet à ce jour)

En 2017, les propriétaires du Domaine des Bergeries de Haute-Provence relèvent le pari fou de la réimplantation, priorisant l’enjeu environnemental & patrimonial, un projet qui séduit déjà les agriculteurs locaux qui se prêtent à essaimer à leur tour, à leur mesure.

En 2020, les premières vendanges interviennent. D’ici 11 à 18 mois, les rouges élevés en barriques seront disponibles. Sans omettre les micro-cuvées de blancs et de rosés gardées en amphores.

Ne disait-on pas qu’avec le Châteauneuf-du-Pape,
le vin des Mées était le préféré des souverains pontifes !

Bienvenue au domaine des Bergeries en Haute-Provence pour un séjour de détente

Note à respecter :
Toutes les photos publiées dans cet article ont pour copyright : © domaine des Bergeries en Haute-Provence

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.