by Valérie Desforges

Interview de Stéphane de Mendonsa et Cédric Goulart, fondateurs de l’association Un Toit pour Erros

#Association #untoitpourerrros #chien #police #Marseille #Cabriès #PACA

0

Miss Konfidentielle a contacté les fondateurs de l’association Un Toit pour Erros, Stéphane de Mendonsa et Cédric Goulart, touchée par leur projet. Sensibilisée depuis son adoption du berger belge malinois du nom de Armani, au passé de renifleur, elle ne pouvait que soutenir le projet.

Quelles sont vos activités professionnelles à tous deux ? Est-ce dans ce cadre que vous avez décidé de créer l’association Un Toit pour Erros ?

Nous sommes fonctionnaires de la police nationale à l’Unité Cynotechnique de Marseille. Stéphane est gardien de la paix, conducteur cynotechnicien en recherche de produits stupéfiants et billets de banque. Je suis brigadier chef, conducteur cynotechnicien en recherche d’armes et munitions. En effet, c’est en voyant la situation de Erros que nous avons décidé de proposer de l’aide.

Quelle a été la vie de Erros ? Et pourquoi son maître ne peut-il le garder ?

Erros est un berger belge malinois policier de 10 ans avec un caractère bien trempé. En âge d’être à la retraite, il  a été placé chez un particulier qui a décidé de s’en séparer, suite à des problèmes de comportement.

Depuis quand l’association existe-t-elle ?

Stéphane a lancé les premières demandes de réalisation du projet Un toit pour Erros à notre hiérarchie en 2014. C’est en 2017 que nous avons obtenu les accords.

Comment avez-vous récolté les premiers dons ?

Grâce à notre cagnotte solidaire Leetchi Un toit pour Erros et en faisant de l’affichage auprès des différents services de police voisins.

Vous avez créé une cagnotte afin de récolter 40 000 euros. A quel montant s’élève-t-elle aujourd’hui ? 

A la date du 4 avril 2019, la cagnotte s’élève à plus de 28 000 euros. Ce qui est une bonne nouvelle car nous avions obtenu 6 000 euros les 14 mois précédents. La médiatisation récente de notre projet nous aide considérablement.

Comment vivez-vous ce soutien ?

Cela nous fait évidemment très plaisir ! Le fait que notre idée soit appréciée, soutenue et partagée nous montre que nous ne nous sommes pas trompés. Cela renforce également notre motivation et notre détermination.

Avec la somme de 40 000 euros qu’avez-vous prévu exactement pour les chiens ?

Nous avons prévu la construction d’une bâtisse d’environ 70 m2 en parpaing composée de cinq boxes avec vue sur la colline. Un box sera dédié à l’infirmerie des chiens. Ces boxes de 12 m2 chacun seront équipés d’une trappe de passage pour la sécurité de tous en cas de besoin. Nous y installerons des niches professionnelles pour supporter les chiens destructeurs et des brumisateurs pour l’été (le climat peut être vraiment très chaud dans la région).

Un espace extérieur sera également clôturé pour pouvoir sortir à tour de rôle chaque chien dans la journée. Et ce en attendant une longue balade en extérieur avec leur maître.

Nous aurons besoin également du matériel de désinfection : balais, produits de désinfection, tuyaux d’arrosage.

Une fois la cagnotte Leetchi pleine, de quel montant aurez-vous besoin afin d’entretenir le projet tout au long de l’année qui suivra ? 

Nous estimons le coût de fonctionnement à environ 3 000-4 000 euros entre les frais de nourriture, les frais vétérinaires, les éventuels remplacements de matériel et l’entretien de la bâtisse.

Quels sont vos projets de développement de l’association ?

Dans un premier temps, nous souhaitons nous consacrer à la réussite de ce projet et à son bon fonctionnement. Nous pourrons bien évidemment partager notre expérience pour que d’autres projets du même style se réalisent.

Quel est le profil exact des chiens susceptibles de rejoindre Un Toit pour Erros ?

Seuls les chiens policiers à la retraite dont les caractères sont inadaptés à la vie de famille pourront être logés. Un chien de police travaille jusqu’à l’âge de huit ans puis a en moyenne une espérance de vie de six ans. Cela nous oblige à être stricts sur la sélection de nos pensionnaires.

Notre structure permet d’accueillir à ce jour quatre chiens. Il n’est pas prévu qu’un autre chien de notre Unité intègre le projet pour le moment. Nous avançons étape par étape.

Sur quel réseau social et plateforme en ligne de collecte de dons nos lecteurs peuvent-ils vous suivre ?

Nous avons créé une page Facebook Un toit pour Erros et nous avons organisé une cagnotte solidaire Leetchi Un toit pour Erros. Nous proposerons également bientôt une tombola sur notre page Facebook.

Votre entourage professionnel a t-il soutenu votre projet dès le début ?

Notre hiérarchie a soutenu le projet et a tout fait pour que celui-ci se réalise. Grâce à elle, nous occupons à titre gracieux une parcelle de terrain située sur notre site de travail raccordée au réseau hydraulique et au réseau électrique. 

Nos supérieurs sont heureux de constater que nos efforts paient et que la persévérance nous permet de toucher du doigt la concrétisation du projet. Nous les remercions !

Si vous avez un message à faire passer à nos lecteurs…  

Bonjour à tous,
Notre projet d’assistance aux chiens policiers à caractère difficile ne pourra voir le jour sans vous. Ce sont les petites attentions de chacun, les partages d’information et les dons qui nous permettront d’atteindre l’objectif fixé. Celui que Erros puisse avoir un toit le plus vite possible. Ouvrant ainsi la porte à ses futurs congénères dans le besoin.
Nos chiens de défense et intervention ont assuré votre sécurité jour et nuit dans le cadre des sécurisations des lieux publics, nos chiens de recherche ont assuré la résolution d’affaires judiciaires par le biais de recherche d’armes et munitions, de stupéfiants et billets de banque, d’explosifs et dans la recherche de personnes disparues. Il nous est inconcevable de les oublier et nous espérons qu’il en est de même pour vous.
Nous vous remercions de nous avoir lus.
Stéphane de Mendonsa et Cédric Goulart, fonctionnaires de la police nationale à l’Unité Cynotechnique de Marseille.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.