by Valérie Desforges

Interview de Frédéric Debove, spécialiste du droit pénal et de la sécurité intérieure

2

Miss Konfidentielle a le plaisir d’interviewer Frédéric Debove, Directeur de l’Institut de droit et d’économie, Université Panthéon-Assas, Paris II & Co-directeur du Master Droit et stratégies de la sécurité. 

Bonjour Frédéric,

Pouvez-vous partager avec nous les fonctions que vous exercez aujourd’hui ? Quel a été votre cursus ? 

Après l’obtention d’un bac scientifique (1986), je me suis inscrit -à la grande surprise de mes parents- en faculté de droit à l’université Panthéon-Sorbonne dans un premier temps, puis Panthéon-Assas dans un second temps. En explorant l’univers du droit, j’ai ainsi découvert, presque fortuitement, l’une des passions qui m’animent encore aujourd’hui. En prenant plaisir à étudier, il est évidemment plus facile de réussir ses études supérieures : aussi n’ai-je eu aucun véritable mérite à devenir major de promotion pendant toutes mes études de droit.

Au lendemain de mon doctorat (1995), j’ai présenté le concours national de la maîtrise de conférences avant d’être recruté au sein même de mon université (1996) et d’être nommé successivement directeur des études de l’Institut d’études judiciaires (1998-2007) puis (2007-2019) directeur de l’Institut de droit et d’économie (antenne délocalisée de l’université Panthéon-Assas en Seine et Marne).

Plus précisément, quelles actions menez-vous en matière de stratégie de sécurité ? 

En complément de mes activités universitaires, j’ai toujours éprouvé le besoin de confronter mon analyse théorique du droit à la réalité plus capricieuse du terrain. Pour satisfaire ce goût immodéré à l’égard des pratiques professionnelles, j’ai fait le choix délibéré d’orienter ma carrière vers l’univers des praticiens du droit et singulièrement la magistrature (ENM), la police nationale (ENSP, DCRFPN), la gendarmerie nationale (EOGN), sans oublier les enquêteurs de droit privé (ou si l’on préfère les détectives). J’ai aussi collaboré de longues années avec la Commission nationale de déontologie de la sécurité puis le Défenseur des droits jusqu’au décès de Dominique Baudis.

Vous avez un parcours honorable pour lequel vous avez été décoré à plusieurs titres. Une décoration vous a-t-elle plus touché que les autres ?

Mes plus proches amis me taquinent parfois au sujet de ma toge d’enseignant qui n’a en effet rien à envier à l’uniforme de certains généraux de l’armée rouge !

En quelques circonstances solennelles, il m’arrive de revêtir mes habits de lumière (la toge noire et rouge avec l’hermine blanche) au plus grand plaisir des étudiants, je le crois. Toutefois, avec le tintement des médailles entre elles (la légion d’honneur, l’ordre national du mérite, les palmes académiques, la défense nationale ou bien encore la médaille de la sécurité intérieure) me revient le souvenir ému de la transhumance des troupeaux qui s’établissent en montagne aux beaux jours. Cette comparaison animalière me permet toujours de garder la tête froide et les pieds sur terre. Il n’en demeure pas moins que l’attribution de la légion d’honneur reste de loin ma plus grande dignité. C’est aussi une lourde responsabilité car cette distinction est une manière élégante de signifier qu’il me faut encore et toujours persévérer dans mes efforts pour être utile à mon pays. Recevoir cette haute et prestigieuse distinction de la République sur le contingent et des mains du Premier ministre (Manuel Valls) dans les salons d’honneur de l’hôtel de Matignon restera à jamais un incommensurable privilège.

Vous avez rédigé de nombreux ouvrages. Quels sont ceux que vous pourriez nous conseiller ? 

Si j’étais sensible aux droits d’auteur, je vous répondrais sans hésitation : tous !

Plus sérieusement, autant la thèse de doctorat est un travail solitaire digne des moines cisterciens, autant mes ouvrages sont délibérément conçus comme un moment de partage, de confiance et de grande amitié. Certains s’adressent aux professionnels (Déontologie policière) tandis que d’autres -plus nombreux- sont préférentiellement destinés aux candidats aux concours de la fonction publique (Magistrature, Police et gendarmerie nationales). L’ouvrage qui est épuisé aussi souvent qu’il m’épuise -et dont je reste le plus fier- est le Précis de droit pénal et de procédure pénale (éd. PUF, 2018) coécrit avec François Falletti et Iris Pons : mille page de textes, une véritable arme par destination en somme !

Auriez-vous une actualité à dévoiler sur Miss Konfidentielle ?

En collaboration avec la préfecture de Seine et Marne, la Communauté d’agglomération Melun Val de Seine et l’Inspection académique, je réfléchis depuis quelques semaines à la mise en oeuvre d’une cordée de la réussite dédiée aux métiers de la sécurité. Très schématiquement, l’idée est d’instituer une passerelle entre certains établissements d’enseignement secondaire (Lycées et collèges) de Seine et Marne et l’université Panthéon-Assas afin de promouvoir les métiers de la sécurité auprès des lycéens et collégiens et préparer très en amont ce public aux différents concours relevant de ces filières.

Vous êtes très occupé. Comment trouvez-vous le temps de vous ressourcer ?

J’ai l’insigne privilège de n’avoir pas besoin de beaucoup de temps de sommeil pour rester en forme. A ce premier privilège s’en ajoute un second : celui de pouvoir me ressourcer régulièrement dans un petit coin de paradis sur terre, à savoir la presqu’île de Quiberon. J’y trouve une sorte de force tellurique qui est source d’inspiration et d’apaisement, à moins que cela soit l’effet du rhum breton ou de la fée Morgane !

Ces moments de détente invitent à prendre du recul sur la vie. Quelle est votre philosophie ?

“I never lose. I either win or learn” (je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends). Cette pensée de Nelson Mandela résume assez fidèlement ma philosophie personnelle  quand bien même mon sourire serait-il moins généreux que celui de “Madiba” ! Apprendre de ses erreurs, oser, ne jamais capituler et rester fidèle à ses valeurs, tel est mon fil d’Ariane !

Un grand merci à vous pour votre enthousiasme et sincérité lors de cet entretien. Belle suite !


Les légendes et copyrights des visuels à respecter :

Visuel en Une : Cérémonie de remise de la médaille de la sécurité intérieure par Richard Lizurey, directeur général de la gendarmerie nationale, décembre 2018 – Copyright Sirpa Gendarmerie
2ème visuel : Cérémonie de remise des diplômes aux lauréats du master “Droit et stratégies de la sécurité” – Hôtel de ville de Melun – Juin 2018 – Pas de copyright
3ème visuel : Cérémonie de remise des diplômes aux lauréats du master “Droit et stratégies de la sécurité” – Hôtel de ville de Melun – Juin 2018 – Copyright service de communication de l’EOGN
4ème visuel : Journée “portes ouvertes” du centre universitaire de Melun – Février 2019 – Pas de copyright
5ème visuel : Course royale de Versailles – Juin 2017 avec des élèves-officiers de l’EOGN – Pas de copyright
6ème visuel : Championnat d’Europe des Nations 2016, France-Allemagne au vélodrome de Marseille – Copyright Frédéric Debove

2 commentaires
  1. Caro dit

    Belle interview teintée d’humour et d’autodérision !

  2. Delaporte dit

    Un portrait fidèle, un parcours exemplaire, que de talents ! Bravo à l’auteure !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.