by Valérie Desforges

Coup de projecteur sur Barnebys, ses estampes et Pontus Silfverstolpe

#art #culture #estampes #Barnebys #PontusSilfverstolpe #ChristopherBarnekow #Stockholm #Japon

0

Miss Konfidentielle s’intéresse à Barnebys. Un écosystème international créé par Pontus Silfverstolpe et Christopher Barnekow à Stockholm dédié aux professionnels, collectionneurs, amateurs et néophytes du marché de l’art. En une seule recherche, nous pouvons trouver des estampes, par exemple, aux quatre coins du monde et ce quelque soit notre budget. Une belle manière de démocratiser l’art.

Les estampes sont des oeuvres originales…
Le terme d’estampe réunit plusieurs techniques d’impression parmi lesquelles la gravure (sur métal, sur bois de fil, sur bois de bout, au burin, à l’eau-forte, à l’aquatinte…), la lithographie, le cliché-verre, le monotype ou encore la sérigraphie… Ces pratiques reposent sur l’utilisation d’une matrice traitée en relief, en creux ou à plat. Les estampes originales, bien que multiples, ont été réalisées à partir d’une matrice créée par l’artiste lui-même, contrairement à l’estampe de reproduction. À partir de la fin du XIXe siècle, on voit apparaître des numérotions et la signature des artistes sur ces œuvres sur papier. Pratiques qui se répandent au cours du XXe siècle.

 

… et accessibles.
David Hockney décrochait le 15 novembre 2018 chez Christie’s à New York, avec l’adjudication de à 90,3 millions de dollars, un record mondial !
Barnebys répertoriait en même temps des oeuvres accessibles, comme la lithographie de David Hockney s’intitulant Olympic diver datant de 1970 et adjugée 2 733 €. Ce n’est pas tout à faire pareil…
D’autres artistes renommés sont proposés à des tarifs “raisonnables” tels que Henri de Toulouse-Lautrec, Lucio Fontana, Juan M (1894), Concetto Spaziale, Miró…
Barnebys détient la plus grande base de données gratuite de prix réalisés, soit environ 80 millions d’objets, remontant aux années 1980. Mensuellement mise à jour, elle permet de suivre la cotation du marché et d’estimer ses propres acquisitions.

Comment commencer votre collection ?
Il est intéressant d’acquérir des signatures et de constituer des ensembles thématiques (une région ou un sujet). Parmi les artistes prolifiques, figure Rembrandt .

D’autres artistes, dont les cotes s’avèrent moins élevées, ont réalisé de nombreuses estampes et peuvent aussi faire l’objet d’une collection : Charles-François Daubigny, Félix Bracquemond, André Derain, Marie Laurencin (1883-1956).

Et comment mettre en valeur celle-ci ?
Les estampes participent à l’embellissement et à la personnalisation de notre intérieur, à la maison ou au bureau. Pour 200 €, nous pouvons accrocher au mur une gravure originale de Maurice de Vlaminck.
La répétition autour d’un sujet s’avère très décoratif. Conseil : veillez à ne pas les exposer au soleil.


Pontus Silfverstolpe, co-fondateur de Barnebys s’exprime sur Miss Konfidentielle :

© PontusSilvferstolpe

” Les estampes sont infiniment plus que de simples gravures en noir et blanc sur du papier jauni qui représentent des intérieurs de bars néerlandais ou des scènes intimes japonaises. J’ai pour habitude de dire que les estampes sont un peu l’art du peuple !

Cela fait longtemps que les estampes sont à la mode, mais nous pouvons constater un regain d’intérêt au cours de ces dernières années. Les grandes maisons de ventes aux enchères ont enregistré des adjudications de plus en plus importantes, ce qui s’est évidemment répercuté chez les maisons de ventes plus modestes. Les artistes internationaux tels que Marc Chagall, Pablo Picasso, Andy Warhol et Edvard Munch ont toujours les cotes les plus élevées bien sûr, mais les prix de plusieurs artistes contemporains ont tendance à augmenter aussi, comme pour exemple Banksy ou David Hockney.

Depuis longtemps les estampes sont prisées, mais l’intérêt qu’on leur porte s’est particulièrement accru au cours de ces dernières années : notamment par les artistes et les galeristes qui en exposent de qualité. La jeune génération s’enthousiasme de plus en plus pour la collection. On trouve des estampes dans toutes les gammes de prix, et elles constituent à la fois un moyen élégant et accessible de décorer son intérieur avec de l’art de qualité.

Outre l’artiste et l’œuvre même, bien sûr, l’édition et l’état de conservation de l’estampe jouent un rôle majeur pour les collectionneurs. Et cela influe évidemment sur le prix.

Nous avons tous des goûts différents, mais je suis fasciné par les très anciennes estampes, comme elles étaient produites au tout début, ici en Europe. La première technique d’impression était la gravure sur bois. Une méthode qui, sous la direction d’Albrecht Durer à la fin des années 1400 et au début des années 1500, était supérieure à la plupart des formes d’art. De nouvelles technologies ont également été développées, comme la gravure sur cuivre, ce qui a permis d’obtenir des illustrations encore plus fines et plus détaillées. À cette époque, il était donc intéressant de constater qu’il était possible de faire de l’art en reproduisant des œuvres plutôt que d’en créer des nouvelles. Les innovations ont toujours fasciné l’Homme, quel que soit le domaine. Elles ont apporté des changements à la fois dans notre façon de voir l’art, mais aussi dans la manière dont nous collectionnons et dans le prix que nous sommes prêts à dépenser.

Une gravure sur bois que je souhaite acquérir depuis longtemps est « Under the wave outside Kanagawa » du maître japonais Hokusai. Bien que le Japon fût longtemps isolé du reste du monde, Hokusai avait déjà vu de l’art étranger et s’en inspirait. Il a renouvelé l’art de la gravure sur bois japonaise avec sa perspective audacieuse et a changé de nom et de style à plusieurs reprises. Sur son lit de mort, l’homme de 89 ans a déclaré que s’il avait vécu cinq ans de plus, il aurait pu devenir un véritable artiste. ”

Miss Konfidentielle n’a pas d’oeuvre Barnebys et ne sera pas responsable de vos relations avec Barnebys.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.