by Valérie Desforges

“Le Joueur d’échecs” de Stefan Zweig en livre audio

#culture #lecture #audio #stefanzweig #échecs

0

Miss Konfidentielle apprécie Stefan Zweig. Et vous ? Christophe Rioux, critique pour La Dispute, nous invite à découvrir Le Joueur d’échecs de Stefan Zweig en livre audio, à la fois allégorie du confinement que nous venons de vivre et preuve incontestable de la capacité du livre audio à proposer une autre expérience de la littérature.

Le boom du livre audio

Les livres audio auront été l’une des bonnes surprises du confinement. Selon les principaux acteurs du secteur en France, éditeurs comme plateformes de diffusion, les ventes de livres audio auraient augmenté d’environ 50% pendant cette période inédite. S’il était déjà un remarquable succès en version papier, La Peste d’Albert Camus, disponible dans la collection audio « Ecoutez Lire » chez Gallimard et toujours porté par ses rapprochements avec le contexte épidémique actuel, a par exemple été écoulé à 4 000 exemplaires sur le seul mois de mars. De même, on a pu observer une nette accélération sur le segment de la littérature jeunesse, avec des livres audio pour enfants particulièrement salutaires dans une situation de confinement en famille.

Plus généralement, le boom du secteur aura sans doute bénéficié d’offres d’abonnement attractives proposées par certains de ses protagonistes, entre promotions spéciales et pure gratuité, stimulant un insatiable appétit de découverte. Mais le livre audio n’est pas une exception : il profite amplement d’un engouement renforcé pour les podcasts et pour une culture dématérialisée, dont la révolution sonore à l’œuvre est enfin digne d’être écoutée. Bien au-delà du confinement, le livre audio pourrait donc voir son usage se pérenniser.

Une allégorie du confinement

Mais le seul succès économique des livres audio est insuffisant pour saisir totalement la portée du phénomène. Pendant la période du confinement, les livres audio auront permis de vivre pleinement une expérience immersive totale et nouvelle, en l’occurrence pour certains d’entre nous. Parmi eux, Le Joueur d’échecs de Stefan Zweig disponible chez Audiolib et lu par le comédien Edouard Baer pourrait presque être considéré comme une œuvre de confinement. L’écrivain écrit ce texte lors de son exil au Brésil, avant son suicide en 1942. L’intrigue principale a pour décor un paquebot, lieu de huis clos par essence, tel que l’a illustré à plusieurs reprises la crise sanitaire du coronavirus. Mais, récit de confinements successifs, Le Joueur d’échecs est en réalité une mise en abyme, avec une histoire d’enfermement qui a donné la capacité à l’un des personnages de jouer aux échecs contre lui-même. Le confinement aura sans doute, lui aussi, eu la vertu de stimuler nos imaginations.

Source : information diffusée par France Culture

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.