by Valérie Desforges

L’Âge d’or de la peinture danoise au Petit Palais

du 22 septembre 2020 - 3 janvier 2021

0

Miss Konfidentielle a hâte de retourner au Petit Palais à Paris qui présente pour la première fois en France depuis près de trente-cinq ans, une exposition dédiée aux plus belles heures de la peinture danoise, de 1801 à 1864. Peintures précises et délicates, plus de 200 œuvres d’artistes phares de cette période comme Christen Købke, Martinus Rørbye, Constantin Hansen ou encore Christoffer Eckersberg offrent une plongée dans le Danemark du XIXe siècle. Fruit des recherches récentes d’une équipe internationale, l’exposition entend porter un nouveau regard sur cette période, particulièrement remarquable en matière artistique. L’exposition est organisée en collaboration avec le Statens Museum for Kunst (SMK) de Copenhague et le Nationalmuseum de Stockholm. Une merveille qui nous attend.

Une nouvelle approche de l’Âge d’or danois

Traditionnellement, l’Âge d’or danois correspond à une période d’épanouissement sans précédent de la vie artistique et culturelle au Danemark de 1801 à 1848.

Les artistes ont cherché à forger l’image d’une nation puissante et unie, en mettant l’accent sur la bourgeoisie de Copenhague et les paysages bucoliques de leur pays.

L’exposition propose une approche plus vaste et originale, prolongeant l’Âge d’or jusqu’en 1864, date de la défaite du Danemark contre la Prusse dans la Seconde Guerre du Schleswig.

Cet événement marque une rupture, tant du point de vue de l’histoire de l’art que de celui de l’histoire des mentalités.

L’exposition présente donc, outre Eckersberg et ses élèves, une plus grande diversité d’artistes et inclut de nombreux peintres dits « cosmopolites » qui retrouvent leur place au sein de l’Âge d’or danois.

Une plongée dans le Danemark du XIXe siècle

L’exposition propose une approche thématique abordant la vie à Copenhague, l’artiste au travail, le voyage, les paysages, la peinture de plein air, ou encore les portraits de famille.

Le parcours s’ouvre sur la grande figure de l’Âge d’or danois, Christoffer Eckersberg qui est à l’origine du remarquable renouveau artistique du Danemark. Professeur à l’Académie royale, il a formé toute une nouvelle génération de peintres.

Le rôle central d’Eckersberg rappelle la place grandissante des artistes dans la société danoise en ce début du XIXe siècle. La vie culturelle est en plein essor, les lieux d’exposition se multiplient et l’émergence d’une bourgeoisie aisée permet aux artistes de pouvoir compter sur des acheteurs réguliers qui deviennent peu à peu collectionneurs.

Les artistes « se professionnalisent » grâce à l’Académie royale, et aiment se portraiturer parfois en utilisant de grands formats témoignant de leur nouveau statut social.

La vogue du portrait se développe également grâce aux commandes émanant de cette nouvelle bourgeoisie mais aussi par goût pour la représentation du cercle familial intime.

Les enfants sont souvent des modèles privilégiés des artistes, reflétant la bonne éducation reçue de leurs parents, valeur essentielle dans la culture danoise.

Les peintres aiment voyager pour parfaire leur technique mais aussi pour développer leur carrière internationale. Ils ramènent d’Italie, des rives de la Méditerranée mais aussi de France ou encore des pays scandinaves de très beaux paysages et scènes de la vie quotidienne.

L’exposition évoque également la fascination des artistes pour l’immensité du monde comme pour ses détails. Ils développent ainsi une nouvelle vision de l’infiniment grand et de l’infiniment petit, comme en témoignent ces études de ciel ou de botanique d’une grande précision.

Par ailleurs, le développement de la peinture en plein air leur permet de réaliser des paysages aux cadrages inédits telle cette peinture de Christen Købke représentant une vue de la campagne saisie depuis un grenier en bois.

La ville leur offre aussi de nouveaux sujets. Attentifs aux moindres détails, ils saisissent des scènes de la vie quotidienne humoristiques ou intimes.


Commissariat pour le Petit Palais

Servane Dargnies-de Vitry, conservatrice des peintures du XIXe siècle au Petit Palais Christophe Leribault, directeur du Petit Palais

Commissariat scientifique
Peter Nørgaard Larsen et Annette Rosenvold Hvidt (Statens Museum for Kunst de Copenhague) Magnus Olausson et Carl-Johan Olsson (Nationalmuseum de Stockholm)

Accès et tarifs
Du mardi au dimanche de 10h à 18h Nocturne le vendredi jusqu’à 21h
Avenue Winston Churchill 75008 Paris – Tel : 01 53 43 40 00
Plein tarif : 13 euros – Tarif réduit : 11 euros – Gratuit : – 18 ans

Toutes les informations
www.petitpalais.paris.fr
#PeintureDanoise #PetitPalais


Voici le teaser ! L’Âge d’or de la peinture danoise | Petit Palais

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.