by Valérie Desforges

2 avril, Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme-Témoignage touchant d’une maman et de son fils

0

Vendredi 02 avril 2021, Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme – Miss Konfidentielle vous invite à lire et partager le témoignage touchant d’une maman et de son fils autiste. La maman souhaite que ce témoignage soit anonyme « pour que les gens continuent à se comporter normalement avec son fils. » Elle a « peur qu’il soit jugé ou pointé du doigt, sachant qu’en France l’autisme est malheureusement encore tabou. » 

Grâce à ce témoignage, Miss Konfidentielle souhaite que la maman se sente moins seule dans son combat. La scène se déroule le 30 mars 2021 sur une commune du Grand Est…. 

La maman 

L’autisme est méconnu en France. Lorsque le mot est prononcé, l’image du film « Rainman » apparaît dans l’esprit des gens. Ils voient quelqu’un qui se balance d’avant en arrière, qui sait compter les cartes.

La réalité est autre. Les professionnels (médecins, psychiatres, associations) parlent de « troubles du spectre de l’autisme ». Ces troubles revêtent différentes formes.

Cette méconnaissance dans notre société française amène une incompréhension, et souvent cette incompréhension apporte un rejet des enfants et des adultes atteintes de ces troubles. Rejet dans le milieu scolaire, et aussi rejet dans le cercle familial.

C’est ce que j’ai vécu avec mon plus jeune fils. Vivre avec un enfant qui a cette particularité est enrichissant. Il nous apprend à être soi, à accepter que le monde soit différent, que la vision de la société n’est pas forcément la bonne. Avec mon fils, il n’y aucune hypocrisie ; il dit ce qu’il pense au moment où il le pense, et comme il le pense ! Pas de faux semblant ! Un enfant particulier nous apprend à être vrai, à ne pas mentir.

J’ai souffert du rejet de l’école (certains instituteurs et professeurs), et de celui de sa grand-mère maternelle  à son égard. Pour eux, si mon fils se comportait ainsi (extrême timidité, refus de se laisser embrasser, fuite du regard, sélection de l’apprentissage dans certaines matières scolaires), c’était forcément de ma faute.

Ceux qui ne voulaient pas s’adapter à lui avait trouvé une excuse. C’est normal qu’il ait ce comportement, c’est le petit dernier ! Sa mère le couve de trop.

Mon fils est le dernier d’une fratrie de trois garçons.

Personne ni dans ma famille ni dans l’éducation nationale ne m’a aidée, ni ne m’a crue lorsque je disais qu’il avait un souci. Je pensais plus à un traumatisme lié à sa petite enfance mais sans savoir lequel.

Au collège, j’étais régulièrement convoqué par la CPE parce qu’il ne parlait pas en cours et que ses notes étaient en chute libre. J’ai tenté de lui dire que je pensais peut-être à une forme d’autisme mais que les psychologues qui l’avaient vu en consultation n’était sûrs de rien. La CPE m’avait répondu « mais madame, votre fils ne peut pas être autiste. Je le vois dans la cour, il a des copains ».

Je ne sais pas s’ils ont conscience de la violence de leurs propos et de leurs silences envers moi.

J’avais mal pour mon enfant.

J’ai évoqué l’idée de ce témoignage à mon fils et nous avons eu l’idée de nous interviewer afin de mieux connaître le ressenti de l’autre 

Maman : Nous allons commencer notre discussion sur ta « particularité ». Tout d’abord, je te rappelle le principe, je te pose des questions, tu y réponds, et tu me questionnes à ton tour. Tu es prêt ?

Fils : Oui

Maman : Tu as 16 ans, tu es en seconde, des choses à ajouter ?

Fils : Non

Maman : On va évoquer ton présent, ton enfance et un peu ton avenir, cela te convient ?

Fils : Oui

Maman : Est-ce que tu te rends compte de ta particularité par rapport aux autres ?

Fils : De quelle particularité tu me parles ? Rectifie : potentielle particularité. On n’a pas encore tous les résultats définitifs.

Maman : Je reformule ma question pour qu’elle soit mieux adaptée. Est-ce que tu as conscience d’être différent des autres ?

Fils : Non, et toi ?

Maman : Oui, je m’en rends compte. L’intelligence, effectivement, tu n’en manques pas ! Tu n’as jamais été comme les autres enfants. Petit, et encore maintenant, tu fuis le regard des autres.
Quand on accompagnait tes frères à l’école, il y avait la camionnette du boulanger. Lorsque les autres mamans te donnaient un bonbon, il devait d’abord passer par ma main pour que tu l’acceptes, et tu tournais la tête en disant un presque inaudible « Merci ».

Fils : Je ne fuis pas, je regarde autour.

Maman : Tu te souviens que petit, tu ne disais pas bonjour aux personnes que tu ne connaissais pas, même si tes parents les connaissaient, et tu te souviens que tu refusais de faire les bises ?

Fils : Coronavirus !

Maman : Donc finalement tu n’étais pas timide, tu anticipais ?

Fils : Ouais, tout à fait !

Maman : Dis-moi pourquoi tu ne faisais pas les bises, même à tes tantes et tes grands-parents ?

Fils : Je ne sais pas

Maman : Comment tu as vécu tes années de maternelle ?

Fils : Aucun souvenir de la maternelle, ça date. Et très peu du primaire.

Maman : J’ai vécu ta scolarité très difficilement.
En maternelle, je me souviens de la marche gourmande, pour moi, c’était un supplice.
J’aimais bien accompagner ta classe. Mais ta maîtresse me réprimandait car selon elle, si tu refusais de goûter certains aliments, c’était de ma faute. Solution de facilité. Elle n’a pas voulu entendre lorsque je disais que tu avais des difficultés de sociabilisation et que je t’avais emmené au CMP. En CE2 et CM1, tu as eu une excellente institutrice qui te prenait comme tu étais.

Maman : Le collège, des choses à dire ?

Fils : non, et toi ?

Maman : Oh là ! Oui, l’angoisse des réunions parents-profs !

Fils : Tu rigoles, il y a des profs où ça se passait bien.

Maman : Ton prof principal de ta 3ème ?

Fils : Je n’ai jamais eu de problèmes avec mes autres profs principaux !

Maman : ton prof principal de 3ème avait eu des mots terribles : « votre fils est illettré». Je lui ai demandé de m’expliquer comment une personne illettrée pouvait lire des romans de 500 pages.
J’ai dû me battre aussi contre la CPE, pour elle tu étais addicte aux jeux vidéo. J’ai dit à plusieurs reprises tu ne l’étais pas. Elle n’a rien voulu entendre, elle t’avait mise une étiquette.
Quant à la psychologue scolaire, elle n’a jamais voulu faire son travail. Elle déclarait que la CPE avait raison, tu es addict aux jeux vidéo. Ceci dit, elle n’a jamais fait le nécessaire. Elle n’a jamais voulu te faire des tests même si je lui avais demandé à plusieurs reprises.
Même si j’expliquais que tu présentais une différence médicale ou émotionnelle avec les autres enfants, j’étais face à un mur.

Fils : Le prof s’était excusé envers moi deux jours après m’avoir dit que je suis illettré. Il a ajouté que j’ai un problème de communication.

Maman : L’assistante sociale, également. Quand l’année dernière, le mot autisme a été prononcé par le psychiatre. Elle avait eu ces paroles touchantes en te regardant : « Je ne sais pas si les profs ou le corps enseignant le fera mais moi, je tiens à te présenter nos excuses au nom de tous ».

Maman : Parle-moi de la famille.

Fils : On commence par qui ?

Maman : Papa, moi ? Tes frères ?

Fils: Rien de spécial à dire.
Je m’entends bien avec mes frères, depuis toujours. Je n’ai jamais eu de problème avec eux. Mes belles-sœurs, comme mes frères, pas de problème.

Maman : Tes copains.

Fils : Mes copains ne sauront probablement jamais sauf si un jour ça m’échappe.

Maman : Tes copains t’apprécient beaucoup. Ils aiment tous ta sincérité.
Maman : on parle de mamie ? Elle a toujours dit que je ne sais pas t’éduquer.

Fils : Je ne veux pas en parler.

Maman : Tu as souffert de ce que les gens disent de toi ?

Fils : Je ne m’intéresse pas au regard des autres.

Maman : Tu as une idée de ce que tu veux faire plus tard ?

Fils : Non.

Maman : pour finir, tu es heureux ?

Fils : Oui et toi ?

Maman : Oui je suis heureuse de vous avoir toi et tes frères pour fils.

La maman

Quelques jours après notre échange, mon fils a passé des tests au Centre de Ressources de l’Autisme. Il doit en passer d’autres mais le diagnostic penche pour un trouble du spectre de l’autisme.

Vous savez ce que j’ai besoin, comme toutes les mamans dans ma situation ? De pouvoir en parler, que mes proches me disent : « Assieds-toi et dis-moi ce que tu ressens. Donne-moi ta longue liste de psychiatres, psychologues, médecins, je les appellerai pour toi ».

Mon fils était en échec scolaire, ce qui l’a sauvé, c’est le confinement. Il a suivi sa scolarité de 3ème avec moi. Il a remonté ses notes, et il a pu intégrer la seconde pro qu’il avait choisi. Aujourd’hui, il a une moyenne générale proche de 13. Ses profs, la CPE du lycée s’adaptent à lui, et mettent beaucoup de choses en œuvre pour qu’il réussisse sa scolarité.

Heureusement que dans mon parcours, j’ai eu la chance de croiser une amie qui m’a parlée de l’association « Les diplômes de Ted ». Mon fils a eu deux consultations avec la psychologue qui lui ont fait beaucoup de bien. Grâce à elle, il a compris que ce n’est pas de sa faute.

Mon fils est peu atteint. Il a du mal à parler en public.

J’aimerais que des mesures soient mises en place pour que l’école s’adapte à tous ces enfants. Et que si les parents ont des doutes, que les psychologues scolaires soient obligés de faire leur travail et aident les enfants comme lui.

Des mots d’humour d’un adolescent pas comme les autres (autisme) sur Miss Konfidentielle

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.