Petit Palais de Paris

Christophe Leribault, directeur du Petit Palais

Avec près de 900 000 visiteurs en 2016, le Petit Palais a bien terminé l’année grâce notamment aux supporters d’Oscar Wilde cet hiver et de « Dans l’Atelier » au printemps dernier. Mais c’est également une hausse importante de la fréquentation des collections permanentes qui est venue saluer le réaccrochage plus dense de nos salles, ce qui est bien sûr une satisfaction pour toutes les équipes du musée qui cherchent à varier le plus possible la présentation et la programmation du Petit Palais.

L’année qui s’ouvre ne manquera pas de grands rendez-vous et de surprises. Le printemps 2017 sera dévolu au XVIIIe siècle : celui de Watteau, Boucher et Fragonard, grâce à la présentation de l’exceptionnelle collection Horvitz venue des États-Unis pour une étape unique en Europe ; le XVIIIe siècle aussi de la grande peinture religieuse, un chapitre oublié que révélera en parallèle, dans une scénographie spectaculaire, l’exposition « Le Baroque des Lumières, chefs-d’œuvre des églises parisiennes ».

À la rentrée, la FIAC associera de nouveau le Grand et le Petit Palais réunis par une esplanade rendue aux piétons pour fêter l’art contemporain. Le Petit Palais reviendra sinon sur la période Fin-de-Siècle qui lui est chère, avec une grande rétrospective consacrée au maître de la peinture suédoise de ces années, Anders Zorn (1860-1920), dont on espère qu’il sera une découverte pour beaucoup après celle de Carl Larsson il y a deux ans. Enfin, l’exposition « De Degas à Redon » sera l’occasion d’admirer pour la première fois dans son ensemble la magnifique collection de pastels du musée conservée d’ordinaire en réserve à l’abri de la lumière.

Mais les expositions ne sont pas tout et beaucoup de changements viendront encore renouveler les collections permanentes, avec notamment une nouvelle salle consacrée aux icônes et plein d’autres transformations dont nous vous tiendrons les premiers au courant en tant que fidèles lecteurs de cette lettre d’information. À tous, une belle année 2017 !

Christophe Leribault, directeur du Petit Palais à Paris

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.