Morphopsychologie : ce que dit le visage

0

Le visage est comme l’empreinte du doigt sur la carte d’identité : il exprime la singularité de notre personnalité, unique, inaliénable. Nous prêtons nos affaires, pas notre visage. Il ne peut être échangé contre un autre. C’est une synthèse visuelle de la personne, ce par quoi on la reconnait. Le visage est une carte d’identité vivante.

Le visage est la part de l’homme et de la femme la moins saisissable
Si le visage, dans ses volumes, sa surface, ses expressions, peut être regardé instantanément dans sa totalité, cela ne veut pas dire qu’il se laisse déchiffrer. Sans clefs pour en comprendre la signification, il reste insaisissable. Tout au plus peut-on interpréter des expressions, des mimiques.
Le visage – le sien et celui des autres – est un paradoxe : seule partie de l’être qui ne peut se cacher ou se transformer par des vêtements, il est offert au regard de l’autre, mais il reste secret, énigmatique. Qui se cache en réalité, derrière ces traits ?

Le visage est le siège des perceptions
Notre visage regroupe nos organes de perception (excepté celle du toucher). Ceux-ci permettent de recevoir des informations des autres et de leur en envoyer. Ils assurent le contact, le branchement.

  • les yeux nous permettent d’abord de voir puis de savoir ; ne dit-on pas qu’une vision claire des choses est la faculté de bien les discerner, et que la clairvoyance, c’est un regard qui sait voir ?
  • le nez nous permet de sentir et d’avoir de l’intuition : ainsi dit-on “cet homme a du flair”, il “sent les situations”.
  • les oreilles nous permettent d’entendre et d’écouter : filtrer les sons et les paroles qui nous gênent ou ne nous concernent pas, de sélectionner ce qui nous est utile ou agréable. Une oreille “qui traîne” est attentive. “Il a de l’oreille” : il sait écouter.
  • la bouche est le siège du goût, ce qui est une façon de percevoir le monde. Elle nous permet évidemment aussi de parler, mais cet organe peut être mal utilisé (bavardages, paroles vaines et inutiles) sous utilisé (silences excessifs), utilisé à bon escient (paroles claires et ajustées à la communication).

Le visage est donc le centre vital de nos perceptions du monde, de nos échanges avec ce monde, éventuellement de notre incompréhension du monde. Ces organes sont au service de notre personnalité et exprimeront d’abord.. ce que nous sommes.

Le visage est un carrefour de communication
Il fonctionne comme un poste émetteur-récepteur, stocke des informations, en oublie, en rejette. Ces informations ne sont pas toujours rationnelles et ont plusieurs niveaux de lecture. Si le visage est le siège de nos perceptions, il incarne notre pensée et nos émotions. C’est à travers elles que nous nous exprimons, que nous agissons, que nous faisons des choix. Notre pensée et nos émotions ne sont pas isolées. Elles sont en relation avec d’autres pensées, d’autres émotions, dans un milieu lui-même évolutif.
C’est ce qui se passe dans une entreprise, écosystème de personnes en relation, chacun ayant sa mission qui interagit avec celle des autres pour atteindre les objectifs généraux de l’entreprise.

Le visage a une fonction sociale
Notre visage peut – comme celui de l’acteur – permettre d’exprimer et de jouer des rôles différents. Ce sont des rôles de composition provisoires qui, un temps, signifient un refus, un mécontentement, de la sympathie, une volonté de pouvoir. Ces rôles ne sont pas négligeables dans une entreprise. Il faut savoir ce qui se cache derrière le rôle. Un individu n’est-il pas au maximum de ses possibilités et de son développement, quand il est pleinement lui-même ? Existe t-il un masque qui empêche la relation ?

N’hésitez-pas à lire Morphopsychologie, que dit votre visage et celui des autres ?
Très prochainement : “La structure du visage : la charpente, le grand et le petit cadre”

Source : guide de morphopsychologie

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.