by Valérie Desforges

Festival du cinéma américain de Deauville 2020

0

Le festival du cinéma américain de Deauville 2020 est prévu du 4 au 13 septembre. Miss Konfidentielle connait bien ce festival pour l’avoir sillonné pendant plus de 20 ans et ne peut que se réjouir à l’idée de voir se réaliser sa 46ème édition dans le contexte de crise sanitaire Covid-19. Des nouveautés bien sûr nous attendent. Vous les découvrez à la lecture de l’article. La première nouveauté étant celle d’avoir su capter le festival du cinéma de Cannes et le festival du cinéma d’Annecy à Deauville. Félicitations aux Présidents des festivals et à leurs équipes qui jouent la carte de la bonne intelligence, de l’intérêt collectif. 

🔆 DEAUVILLE, CANNES, ANNECY – L’heure de la Croisette et l’heure du lac sur les planches

 

En cette année exceptionnelle, marquée par une crise sanitaire défiant l’imagination, Deauville se réinvente et se veut solidaire de l’industrie du cinéma mondial durement éprouvée. Le festival ouvre ainsi ses portes à deux des plus grands festivals internationaux de cinéma dont le déroulement, en France, a été perturbé : le Festival de Cannes et le Festival international du film d’animation d’Annecy. L’occasion pour le public de découvrir sur grand écran des films inédits dont ils auront été privés.

🔆 VANESSA PARADIS, présidente du jury du festival du cinéma de Deauville

« Il y avait 1001 raisons de convier Vanessa Paradis à présider le jury du 46e Festival du cinéma américain de Deauville : son ascension aussi précoce que durable, ses terrains d’expression variés – la chanson, le cinéma, la mode – son parcours de femme généreuse, responsable et engagée, sa carrière internationale aux multiples facettes… Son talent et sa notoriété séduisent tous les publics y compris au-delà de nos frontières. Mais c’est avant tout une artiste atypique et audacieuse que nous avons voulu honorer. Enfant prodige de la chanson, elle fait une entrée fracassante au cinéma dans Noce blanche de Jean- Claude Brisseau, film pour lequel elle reçoit le César du meilleur espoir féminin et le Prix Romy Schneider. Ces débuts fulgurants ne s’arrêteront pas là, loin s’en faut. Depuis, quelque trente réalisateurs ont fait appel à elle (Patrice Leconte, Yann Gonzalez, Jean-Marc Vallée, John Turturro, Jean Becker, Sharunas Bartas, Samuel Benchetrit…). Côté musique, avec 7 albums, 3 victoires de la Musique, en français ou en anglais, Vanessa Paradis inspire les plus grands compositeurs : de Serge Gainsbourg à Matthieu Chedid en passant par Alain Bashung, Étienne Roda-Gil, Lenny Kravitz et tant d’autres… En 2015, membre du jury du festival de Cannes, elle affûte son regard sur le cinéma sous la présidence de George Miller… Prémonition de Deauville ? Vanessa Paradis a ce don unique qu’ont les grands acteurs de se fondre dans l’univers des artistes qui la regardent, avec humilité et singularité, toujours. Les images de la ritournelle du « tourbillon de la vie », qu’elle chante en direct avec Jeanne Moreau lors de la cérémonie d’ouverture du 48e Festival de Cannes irriguent nos regards et nos mémoires. Le festival se réjouit d’une telle et belle présidence. » nous explique Bruno Barde, Directeur du festival.

🔆 REBECCA ZLOTOWSKI, présidente du jury de la révélation du festival du cinéma de Deauville

Née à Paris en 1980, normalienne, agrégée de lettres modernes, diplômée de la FEMIS, Rebecca Zlotowski signe en 2010 son premier long métrage, Belle Épine, présenté à la Semaine de la Critique à Cannes, Prix Louis-Delluc du meilleur premier film qui vaut à Léa Seydoux une nomination au César du meilleur espoir féminin. En 2013, elle est membre du jury du Festival du cinéma américain de Deauville, présidé par Vincent Lindon. C’est aussi l’année de son deuxième long métrage, Grand Central, film incandescent au lyrisme atmosphérique, présenté en sélection officielle au Festival de Cannes dans la section Un Certain Regard. Suit Planetarium, hommage mélancolique au cinéma qui interroge la croyance en l’image. Une fille facile, conte rohmérien malicieux, enchante la Quinzaine des Réalisateurs en 2019 tandis que sa série Les Sauvages fait cette année une entrée remarquée dans le monde de la télévision à travers une fresque politique interrogeant avec force l’identité française multiculturelle. En à peine 10 ans, quatre longs métrages et une série, Rebecca Zlotowski est devenue une cinéaste incontournable, soufflant un vent de modernité et de fraicheur sur le jeune cinéma français. Armée d’une solide cinéphilie et d’un tempérament ardent, engagée dans le collectif 50/50, co-présidente de la SRF, elle défie le plafond de verre et devient en quelques années à peine l’incarnation d’un nouveau cinéma international d’auteur virtuose conjugué au féminin. Ne se contentant pas de réaliser, Rebecca Zlotowski écrit, elle écrit même beaucoup, avec Sabri Loutah, Teddy Lussi Modeste, Philippe Grandrieux, ne cessant de considérer le cinéma et le scénario notamment, comme un art collectif, un espace de débat et de partage.

« J’ai une foi très très grande dans le cinéma comme outil lyrique, romanesque et politique », dit Rebecca Zlotowski, et chacun de ses films témoigne du respect infini que la cinéaste porte à son art… Une foi qui fera d’elle, à n’en pas douter, une remarquable présidente du jury de la Révélation du 46e Festival du cinéma américain de Deauville. Le jury de la Révélation, présidé par Rebecca Zlotowski, remettra lors de la cérémonie du palmarès, samedi 12 septembre, le Prix Fondation Louis Roederer de la Révélation.

🔆 HOMMAGE A KIRK DOUGLAS, LEGENDE D’HOLLYWOOD du festival du cinéma de Deauville

Deauville, depuis 45 ans, écrit chaque année l’histoire du cinéma au présent en dévoilant le meilleur du cinéma contemporain. Chaque année aussi, il se penche vers son passé et pour re-découvrir l’une des plus grandes histoires du 7e art, celle d’Hollywood. Cette année a vu disparaître l’un de ses géants, Kirk Douglas, à l’âge de 103 ans. Fidèle du festival, Kirk Douglas y est venu à deux reprises : en 1978 pour un hommage et en 1999, en compagnie de son amie de toujours Lauren Bacall, pour présenter Diamonds de John Asher et recevoir un Prix littéraire pour son livre « En gravissant la montagne ». Il aurait été inconcevable de se passer de son souvenir pour cette 46e édition. Flash-back sur l’œuvre d’un producteur, d’un réalisateur et d’un écrivain majeur mais surtout d’un immense comédien oscarisé, dont la carrière marque toute la deuxième partie du 20e siècle, un acteur dont le talent, le courage et le goût du risque inspireront à jamais le respect.

🔆 LES FILMS EN COMPETITION du festival du cinéma de Deauville

FIRST COW de Kelly Reichardt
GIANTS BEING LONELY de Grear Patterson – 1er film HOLLER de Nicole Riegel – 1er film
KAJILLIONAIRE de Miranda July – sortie le 30 septembre LORELEI de Sabrina Doyle – 1er film
LAST WORDS de Jonathan Nossiter – sortie le 21 octobre LOVE IS LOVE IS LOVE d‘Eleanor Coppola
MINARI de Lee Isaac Chung
SHIVA BABY d’Emma Seligman – 1er film
SOPHIE JONES de Jessie Barr – 1er film
SOUND OF METAL de Darius Marder – 1er film
THE ASSISTANT de Kitty Green – 1er film
THE VIOLENT HEART de Kerem Sanga
UNCLE FRANK de Alan Ball – 2e film

« Cette édition est unique par les conditions de sa réalisation. Pour faire la sélection du festival, j’ai dû visionner plus de 200 films, moins que les autres années pour cause de crise sanitaire, mais ce qui m’a le plus surpris, c’est le regard que j’avais sur les 15 films vus par semaine, chaque semaine de confinement. J’avoue que parfois, regarder des films sur des écrans réduits à l’instar des pensées, donne à cette sélection une couleur particulière. Les œuvres choisies sont des eaux fortes qui abreuvent nos nécessaires imaginaires. Les films retenus retracent pour partie les problématiques actuelles et sont bien le reflet d’une quête effrénée : recherche d’identité, urgence écologique, mythes et chimères, sexualité et incertitude d’avenir. La création place le désir d’aimer au delà de toute réalité, sans oublier de nous rappeler que les guerres tuent toute vie. Le cinéma s’anoblit hors frontière et choisi pour horizon le plaisir de la découverte, au delà de toute thématique autre que la grammaire cinématographique. L’art, puisque c’est de cela qu’il s’agit, ne prend et ne donne que de lui-même, avatar du meilleur de nous-même. Deauville est terre d’asile, champ des possibles comme le raconte son histoire. Cette édition ne dérogera pas à notre volonté éditoriale de montrer la diversité et l’originalité de la cinématographie américaine. Ainsi sur 14 films, 7 sont des premiers films et 8 sont des films de réalisatrices. Souvenez-vous des premiers films récompensés tels que Les Bêtes du sud sauvage de Benh Zeitlin, Little Miss Sunshine de Jonathan Dayton et Valerie Faris, Hedwig and the Angry Inch de John Cameron Mitchell, Dans la peau de John Malkovich de Spike Jonze, mais également des réalisatrices remarquées que sont Debra Granik, Kelly Reichardt, Annie Silverstein, Chloé Zhao et Catherine Hardwick, pour ne citer qu’elles. Le cinéma interroge l’être sur sa nature, emportant de violence nos royaumes intérieurs, dont l’ignorance est le terreau de nos échecs et l’art la graine de la résurrection. Les festivals cultivent les esprits et nous rendent tous féconds, résistants aux mauvaises herbes, fertiles en générosité et stériles en égoïsme. À Deauville, le cinéma sort de terre. » nous précise Bruno Barde, Directeur du Festival.

🔆 EN 2020, le festival du cinéma de Deauville accueille le festival du cinéma de Cannes

« Une ville, des plages, un paysage ? Non, ça n’est pas Cannes, c’est Deauville. Celle qui accueille l’un des plus anciens festivals de cinéma de France prendra exceptionnellement des allures de Croisette en cette année si spéciale pour le cinéma. Avec Pierre Lescure et les équipes de Cannes, nous sommes très heureux de l’hospitalité qui nous est offerte pour projeter les films de la Sélection officielle sur les planches de Deauville. Nous partageons avec Bruno Barde une exigence identique pour le cinéma, une même passion pour les artistes, une tradition semblable de générosité et d’ouverture au monde. » nous informe Thierry Frémaux, Délégué général du Festival de Cannes

A circonstances exceptionnelles, édition exceptionnelle : le Festival du cinéma américain invite cette année le Festival de Cannes, dans sa nature de dimension internationale. 10 films ont été ainsi sélectionnés parmi les 56 titres de la Sélection officielle du Festival de Cannes. Un moment intense pour faire vivre et palpiter le plus grand festival du monde à Deauville. Tous les publics pourront découvrir ces films sur grand écran, en présence de son délégué général Thierry Frémaux et de son président Pierre Lescure.

Les films de Cannes irrigueront ainsi toutes les sections de cette édition 2020, conférant une teinte originale et cosmopolite à la programmation. De nombreuses équipes de films, pour une grande majorité française, seront présentes pour échanger avec le public. Pour les amoureux du cinéma d’outre-Atlantique, en dehors de cette sélection cannoise, le festival proposera, comme à son habitude quelques 70 films américains. Et comme le dit Philippe Augier, Maire de Deauville, « Cette année, le festival de Deauville, c’est avant tout le rendez-vous du cinéma ».

Les films en compétition :

ADN de Maïwenn
AMMONITE de Francis Lee
DES HOMMES de Lucas Delvaux
LES DEUX ALFRED de Bruno Podalydès
A GOOD MAN de Marie-Castille Mention-Schaar
LAST WORDS de Jonathan Nossiter
PENINSULA de Yeon Sang-ho
ROUGE de Farid Bentoumi
SLALOM de Charlène Favier
TEDDY de Ludovic & Zoran Boukherma

🔆 EN 2020, le festival du cinéma de Deauville accueille le festival du cinéma d’Annecy 

Nous avons demandé au Festival international du film d’animation d’Annecy de venir à Deauville avec un programme jeunesse de trois films, afin de retrouver la joie de projections sur grand écran, en public, où la magnificence des trois films présentés prendra tout son essor. Au tarif de 10 euros*, le pass donnera accès aux trois films sélectionnés suivants :

CALAMITY de Rémi Chayé – Cristal d’or de l’édition 2020 – à partir de 6 ans
LUPIN III de Takashi Yamazaki – à partir de 10 ans
PETIT VAMPIRE de Joann Sfar – à partir de 6 ans

🔆 Le Pass Frissons !

Pour les festivaliers amateurs de sensations fortes et de cinéma de genre, le Festival proposera également cette année le Pass Frissons. Pour un tarif exceptionnel de 10 euros*, ils pourront découvrir en avant-première les films suivants :

PENINSULA de Yeon Sang Ho (Corée du Sud)
TEDDY de Ludovic Boukherma & Zoran Boukherma (France)

*Ces séances sont déjà inclus dans le pass jour et pass festival

🔆 LES MESURES SANITAIRES

Pour la sécurité de tous les festivaliers, les lieux d’accueil sont nettoyés et désinfectés régulièrement. La ventilation du C.I.D est contrôlée, l’air est renouvelé.

Consignes sanitaires*

Le port du masque est obligatoire dans tous les lieux du Festival, à tout moment :
– En intérieur – dans le C.I.D et les salles du Casino et du Morny
– En extérieur – aux abords du tapis rouge, dans les files d’attente et sur les terrasses du Festival (retrait du masque autorisé une fois assis pour se restaurer).

La capacité d’accueil des salles est adaptée pour répondre aux exigences sanitaires en cours et garantir votre sécurité.
Des solutions hydroalcooliques sont à disposition à l’entrée du C.I.D, du Casino et du Morny, et sur les terrasses du Festival.

La distanciation physique est recommandée.
*au 21/08/2020 : ces conditions peuvent être amenées à évoluer.

 

🔆 LES INFORMATIONS PRATIQUES

Pour suivre la compétition et rencontrer les talents invités au festival de Deauville
Pour organiser votre séjour pendant le festival de Deauville – InDeauville
Les informations de la Mairie de Deauville

Venez fêter le retour du cinéma à Deauville – 10 jours et près de 100 films projetés ! Bon Festival.

 


⛵ Les articles précédents de Miss Konfidentielle relatifs à Deauville  :

Les bonnes adresses de Miss Konfidentielle à Deauville & Trouville-sur-Mer
Interview de Karl Joly, Directeur de Calvados Attractivité
Barrière lance sa Conciergerie Sportive dans ses Resorts de Cannes, Deauville, La Baule et Ribeauvillé
Deauville : les premiers vainqueurs de la Barrière Polo Cup 2018
Cures Marines Trouville Hôtel Thalasso & Spa 5*
Festival de Cannes 2020 – Retour sur des BO cultes !
J-1 : les nouveautés de la 41ème édition IFTM Top Resa 2019
Les éditions Glénat, un monde de rêve et d’évasion !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.